Issu du journal
On prend les mêmes... ou presque

Simon Alves
-

Le nouveau conseil départemental de Christophe Guilloteau effectuait sa première séance publique jeudi 22 juillet depuis son élection en juin dernier. Une assemblée qui s’est tenue au collège Charles de Gaulle de Saint-Pierre-de-Chandieu et qui a posé les bases de la nouvelle mandature.

On prend les mêmes... ou presque

C’est une habitude qui s’était perdue en temps de contexte sanitaire. Jeudi 22 juillet dernier, le conseil départemental a tenu sa première séance publique depuis la réélection de la majorité de Christophe Guilloteau. Une assemblée qui a pris place dans l’enceinte du collège Charles de Gaulle à Saint-Pierre-de-Chandieu. C’est d’ailleurs le maire de la commune même qui, en préambule de la séance, a accueilli l’ensemble des élus. « Je suis très heureux de vous recevoir dans ce collège fort de symbole, de par son nom et l’esprit de fraternité qui nous réunit et nous a fait gagner les élections », a-t-il salué. Le canton de Genas y était bien représenté avec le binôme local, élu en juin, composé de Daniel Valéro, maire de Genas, et Christine Hernandez, conseillère municipale à Saint-Bonnet-de-Mure. « Ici le groupe majoritaire a été élu à 77 % des suffrages, ce qui n’était jamais arrivé auparavant, a salué Daniel Valéro. Nous avons notamment battu largement le Rassemblement national qui est bien implanté ici. C’est la preuve que les gens sont convaincus par notre bilan. » Un bilan qui a justement été le sujet qui a animé le début de cette assemblée. Et c’est un petit nouveau du conseil départemental, le maire de Cours, Patrice Verchère, qui a présenté les chiffres liés à l’exercice 2020. Une prise de parole, comme le veut la tradition en début de mandat, sous la présidence temporaire de la doyenne des conseillers départementaux et, par conséquent, présidente d’âge de cette assemblée, à savoir Mireille Simian. « Nous présentons un excédent global de clôture de plus de 67 millions d’euros sur l’année passée, a détaillé Patrice Verchère. Cela témoigne de notre gestion saine et de la bonne santé financière de la collectivité. » Cette précaution dans les comptes a notamment permis de nombreuses dépenses, comme la politique de soutien économique pendant la crise sanitaire.

Aides d’urgence, PDR et « petites villes de demain »

Sur le volet agricole, 500 000 € ont été déployés pour indemniser les exploitants victimes d’aléas climatiques et 200 000 € attribués dans le cadre du soutien au Plan Beaujolais. Des chiffres qui mènent in extenso au budget de l’année 2021. Sur les près de 640 millions d’euros de crédits inscrits, environ 12,5 millions seront dédiés à la politique de l’aménagement durable, de l’habitat et de l’agriculture. Les moyens dégagés permettront, entre autres, de financer de nouvelles aides en faveur du secteur en 2021. Concernant l’aide face au gel déjà mentionnée, le Département a fait le choix de s’adosser au régime de l’État. Ce dernier est intervenu auprès de 106 agriculteurs touchés, ce qui a permis au conseil départemental d’intervenir en faveur de 125 autres bénéficiaires en leur accordant 3000 € chacun. Pour ce qui est des dégâts de grêle, là aussi la collectivité compte jouer son rôle. « Nous poursuivons notre soutien collectif au dispositif paragrêle que nous avons déjà accompagné sur la communauté de communes de la vallée du Garon et l’ouest rhodanien, a développé Colette Darphin, vice-présidente en charge de l’agriculture. Nous voulons mener à bien les trois années d’expérimentation lancées en 2019 sur ce programme innovant et respectueux de l’environnement. » Pour ce faire, l’association Paragrêle 69 pourra compter sur un financement de l’ordre de 100 000 € de la part du Rhône. À l’ordre du jour aussi, le programme de développement rural (PDR) avec quatre volets distincts. Quatre subventions seront attribuées à quatre entreprises de transformation, conditionnement, stockage et commercialisation en filière alimentaire pour un montant total de 105 000 €. Le Rhône cofinancera aussi de l’achat de matériel pour trois exploitants forestiers à hauteur de 67 500 €. Toujours dans sa politique à l’égard de la forêt, le Département a reporté sa subvention de 5000 euros attribuée à Fibois pour sa fête du bois de Claveisolles. L’événement devait se tenir au mois de juillet, mais a été finalement reporté à l’année prochaine en raison du contexte sanitaire. À noter enfin que le conseil départemental a désigné ses commissions spécialisées, dont celle des politiques territoriales, qui comprend l’agriculture. Elle sera menée par Valérie Grillon, présidente, accompagnée de Colette Darphin, Bruno Peylachon, Daniel Jullien, Fréderic Pronchery et Christian Vivier Merle. n