Viticulture
« Les salariés sont nos yeux… »

David Duvernay
-

Lors d'une mini-conférence au Forum de l'évolution professionnelle à Villefranche, Luc Pierron a présenté le métier d'agent viticole au sein d'une filière qui a besoin de main d'oeuvre, autant que de nouveaux viticulteurs.

« Les salariés sont nos yeux… »

Le 23 septembre dernier débarquait à Villefranche le premier Forum de l’évolution professionnelle, à destination des salariés, demandeurs d’emploi, jeunes et indépendants. Organisé par le CIBC Rhône, qui accompagne depuis 35 ans les actifs dans des projets de reconversion professionnelle, d’évolution ou de formation, cet événement accueillait de nombreux acteurs et structures professionnelles, dont la chambre d’agriculture, Graine d’emplois et les Maisons familiales rurales du Rhône. Et alors que le renouvellement des générations fait partie des principaux enjeux pour l’agriculture et plus particulièrement la viticulture, les organisateurs de ce forum ont donné la parole à Luc Pierron, viticulteur à Châtillon d’Azergues et président d’Agri Emploi 69, et Dorothée Piontkowsky, animatrice à Graine d’emplois. 'La viticulture, c’est un vivier d’emplois important. 50 % de viticulteurs sont à moins de 10 ans de la retraite. Et on recense des besoins importants de main d’œuvre. D’ailleurs, actuellement, nous recherchons une trentaine de personnes pour cette filière", introduisait Dorothée Piontkowsky.

Accompagnement et formation

Accompagnement et formation

Pour inciter le public présent à faire ce métier, Luc Pierron n’a pas hésité à valoriser la belle dynamique traversée par le Beaujolais. "Aujourd’hui, des jeunes s’installent avec des idées nouvelles. D’autres installations sont le fruit de reconversion. Tout le monde peut trouver sa place dans le vignoble", assurait le viticulteur. "Les porteurs de projet peuvent être accompagnés. Et le salariat est un tremplin très intéressant", complétait l’animatrice de Graine d’emplois.

Saisonnier, salarié à temps partiel ou à temps complet, les possibilités sont multiples pour le métier d’agent viticole, autant que les travaux de saison (vendanges, taille de la vigne, travaux en vert, etc.). Evidemment, comme toute profession, des aptitudes et de prérequis sont nécessaires. Et comme le soulignait Luc Pierron, "des formations existent d’abord pour apprendre le métier puis monter en compétences. Le plus important, c’est d’être polyvalent car un salarié viticole doit être capable de réaliser plusieurs tâches selon les saisons donc. Mais le métier a évolué depuis une quinzaine d’années. La période de la taille l’hiver est très longue. Pourtant, la taille n’a rien de monotone car chaque cep de vigne est différent. Cela demande de la réflexion. En résumé, les salariés sont en quelque sorte nos yeux à la vigne et c'est valorisant pour eux de ressentir ça."