Coteaux-du-lyonnais
Que la vendange est belle !

Emmanuelle Perrussel
-

À Chassagny, Yann Fangeat a démarré vendredi 28 août ses troisièmes vendanges en coteaux-du-lyonnais. Jamais deux sans trois, le millésime 2020 est lui aussi à la hauteur de ses espérances.

Que la vendange est belle !

Chez Yann Fangeat, les vendanges ont débuté le 28 août par les chardonnays et les gamays. L’essentiel de la récolte est effectué à la machine à vendanger ; seules quelques parcelles où la machine ne peut pas passer est vendangée à la main. « On a une avance d’une quinzaine de jours par rapport à 2019 pour les gamays et environ une semaine pour les chardonnays. La charge est plus élevée cette année pour les blancs c’est ce qui explique ce décalage moins marqué entre les deux millésimes », souligne Yann.

Ses deux premières récoltes se sont bien passées, puisque Chassagny a été épargnée par la grêle en 2018 et par le gel en 2019. « La bonne nouvelle est que 2020 s’annonce sous de bons auspices avec une belle qualité. La sécheresse n’a pas eu d’impact sur la vigne, mes plantations en syrah et chardonnay ont en revanche davantage souffert du manque d’eau. La pression sanitaire a été très faible. Côté rendements, j’approche celui de l’appellation en blanc, soit les 60 hl/ha et en rouge, les quantités seront comprises entre 45 et 50 hl/ha. Le rendement et la qualité sont à l’équilibre », poursuit le viticulteur, qui vend une partie de sa production de bouteilles en direct à des particuliers et une autre partie à un grossiste. Il a fait le choix de plafonner sa production à 6000 bouteilles par an et de vendre le raisin en surplus.