Deux abattoirs à l’avenir différent

Cédric Perrier
-

En vingt ans, la Sopacel a multiplié son chiffre d’affaires par trois, passant de 11 à 32 M d’euros et de 25 à 50 salariés. L’équipement le plus prometteur demeure l’abattoir de Saint-Romain-de-Popey.

Deux abattoirs à l’avenir différent
L’objectif de l'abattoir de Saint-Romain-de-Popey est de passer à une capacité de 5000 t et l’atelier de découpe à 3000 t.

Avec 3200 t de carcasse abattue chaque année l'abattoir de Saint-Romain-de-Popey sature. L’objectif de passer à une capacité de 5000 t et l’atelier de découpe à 3000 t pour accompagner les marchés porteurs que sont le steak haché et les barquettes, est toujours d’actualité.

Une décision à la rentré de septembre 

« Celmar est prêt à s’engager sur de plus gros volumes. Si ensuite il existe une volonté commune entre éleveurs, artisans bouchers, chambre d’agriculture et bien sûr des élus locaux, alors le scénario d’un nouvel abattoir est envisageable. Dans le cas contraire ce sera une extension. La décision devrait être prise au plus tard en septembre », commente Jacques Lespinasse, directeur général de la Sopacel jusqu’en juin 2020. L’avenir de Corbas est en revanche beaucoup moins engageant.

Une taxe européenne sur les importations 

Pour l’ancien directeur de la Sopacel, si un opérateur extérieur ne se positionne pas, notamment sur un développement du rituel, la fermeture sera inéluctable. « Est-ce que les autorités publiques sont prêtes à soutenir l’abattoir de Corbas qui affiche un tonnage de 7000 t, dont 60 % de rituel (halal et kasher), je n’en suis pas convaincu. »

Durant la période de confinement, ses volumes avaient augmenté de 40 %. « Si les politiques nous ont soutenus pendant la crise sanitaire, il faudrait le faire plus souvent car notre pays a des produits agricoles de qualité et une alimentation saine. Je propose au président de la République d’instituer une taxe européenne sur les importations des produits agricoles venant des pays tiers, à l’identique des taxes sur l’acier », conclut Jacques Lespinasse.