Lait
L’élevage, une affaire de famille

Emmanuelle Perrussel
-

La famille Granjard de Villechenève élève une quarantaine de vaches laitières sur 60 ha et transforme une partie de la production laitière pour la vendre en circuits courts. Rencontre.

L’élevage, une affaire de famille

La fierté se lit sur les visages d’Olivier et d’Emmanuelle Granjard, un couple d’éleveurs laitiers installés à Villechenève. Avec l’arrivée imminente d’Adélaïde, leur fille, sur l’exploitation et plus tard, celle de leur fils ainé Clément, le Gaec Granjard est en plein développement.

Tout a commencé en 1995 lorsqu’Olivier s’installe aux côtés de son papa Michel. À ce moment-là, la ferme compte 55 ha et un troupeau de 35 vaches. Le père et le fils misent aussi sur la vente directe de légumes issus d’une surface de 5000 m2. L’exploitation prend un nouveau tournant en 2003 lorsque l’heure de la retraite sonne pour Michel. Il est remplacé quelques mois plus tard, par Emmanuelle, l’épouse d’Olivier. Il faudra attendre 2011 pour créer un Gaec entre époux. La production maraîchère croît pendant cette période pour arriver actuellement à 2 ha. Les légumes sont vendus sur deux marchés à Saint Étienne (42) et sous forme de paniers directement à la ferme.

La transformation, une opportunité

Adélaïde est, depuis septembre 2020, salariée de l’exploitation et sera officiellement installée en avril prochain. Cette arrivée coïncide avec la construction d’une fromagerie de 40 m2 à l’automne dernier. « Nous avons commencé à transformer une trentaine de litres par semaine en yaourts et fromages et vu le succès de nos produits, nous en sommes aujourd’hui à près de 400 l hebdomadaires ! Cette activité prend de l’ampleur », commente Adélaïde, âgée de 20 ans et titulaire d’un bac pro conduite et gestion d’une exploitation agricole (CGEA). « Après de l’expérience en salariat sur d’autres exploitations, j’avais pour projet de m’installer. Je ne me voyais pas le faire seule car l’aspect financier me fait peur. Rejoindre l’exploitation de mes parents est une super opportunité », ajoute la jeune femme, très motivée.

S’associer et travailler en famille nécessitent évidemment une certaine organisation que la famille Granjard semble avoir trouvée en fonction des compétences et envies de chacun. Il y aura également de la place pour Clément leur autre enfant, âgé de 23 ans et lui aussi formé aux métiers de l’agriculture (BTS Acse). « Mon frère arrive ce printemps en tant que salarié avant de s’installer lui aussi dans le futur. Nous nous avons investi dans une remorque réfrigérée plus grande. Chaque vendredi après-midi, nous accueillons les clients à la ferme et nous livrons la cantine de Sourcieux en produits laitiers (environ 600 yaourts par mois) et un magasin de produits locaux Les Saveurs authentiques à Saint-Laurent-de-Chamousset », poursuit Adélaïde.

Depuis Buprile

Olivier et Emmanuelle confirment en effet qu’ils n’auraient probablement pas pu installer leurs deux enfants sans l’activité de transformation et les circuits courts. « Le prix du lait acheté par les entreprises est toujours trop bas, heureusement que nous pouvons compter sur la vente directe et que l’on atteint un prix un peu plus élevé grâce aux primes de qualité (TP et MG) », note Olivier.

Celui-ci a en effet une autre corde à son arc avec une conduite de son troupeau holstein très pointue et une attirance pour la génétique. « Voilà environ dix ans que j’ai découvert cet aspect de l’élevage. J’avais à ce moment-là acheté une vache prénommée Buprile au Gaec de la Rouillère à Courzieu. C’était un coup de cœur. Nous avons fait du génotypage sur cet animal, ce qui a révélé de bonnes caractéristiques. Buprile était une vache à faire du taux, mais pas une bête à concours, elle a par exemple fait 7 lactations à 9000 l de lait et 37 de taux protéique (TP) en moyenne », détaille l’éleveur qui avait conclu un contrat avec XR Repro, ce qui a marqué le début d’une bonne lignée. « L’une de ses filles Hulla a fait parler d’elle. D’autres descendants tels que le taureau Lord, la génisse Liberté, la vache Nostalgie qui a donné naissance au taureau Pragmatic se sont distingués. Cette lignée figure sur le catalogue Évolution d’XR Repro et nous devrions avoir un article dans la revue Holstein international. Ces bons résultats au niveau de l’élevage ont été rendus possibles grâce à l’appui d’Alexandre Batia, conseiller à Rhône conseil élevage et de Guillaume Crépet, technicien d’Auriva ! »

Et ce n’est pas négligeable, « avec ce lait, nous avons un rendement important pour nos fromages ! », notent les associés du Gaec qui espèrent bien continuer encore longtemps à se laisser guidés par leur passion du métier.