Jeunes agriculteurs
Les JA lancent leur charte départementale à l'installation

Simon Alves
-

Réunis en assemblée générale vendredi 19 février, les Jeunes agriculteurs du Rhône ont fait le bilan de leurs actions en 2020. Ils ont aussi présenté leur charte départementale à l'installation pour faciliter les démarches des futurs agriculteurs.

Les JA lancent leur charte départementale à l'installation
De gauche à droite : Loïc Virieux, Damien Giroud-Bouton, Maxime Philippe, Rémi Laffay, Clément Rivoire et Rémi Dumas.

C'est à une réunion hybride qu'a ressemblé l'assemblée générale des Jeunes agriculteurs du Rhône vendredi 19 février. D'un côté en présentiel les membres du bureau et une quinzaine d'adhérents au Domaine Berger des Vignes, à Pommiers. De l'autre, en visioconférence, les différents partenaires de l'association. Un choix effectué de toute évidence en raison de la crise sanitaire. A la tribune, se sont retrouvés le président des JA, Rémi Laffay, accompagné de Loïc Virieux, vice-président, Damien Giroud-Bouton, secrétaire général et Maxime Philippe, trésorier. Pour l'occasion, le vice-président des JA Auvergne-Rhône-Alpes Clément Rivoire et le secrétaire général des JA au niveau national Rémi Dumas avait aussi fait le déplacement.

L'assemblée générale a débuté comme le veut la tradition par le rapport d'activité de 2020. Une année forcément particulière en raison du coronavirus. C'est le cas du concours de labour qui a été annulé. Son organisation en 2021 reste en suspens. Une décision devrait être prise courant mars. "Malgré tout nous avons pu avoir quelques événements réussis, a souligné Rémi Laffay. C'est le cas du Beaujolais Nouveau qui est notre rendez-vous le plus emblématique et qui a subi de grosses modifications dans son organisation." Pour l'occasion les JA avaient opté pour une distribution de paniers. Une promotion qui selon le président a "bien fonctionné" et qui pourrait être amenée à se renouveler à l'avenir, en parallèle de l'événement traditionnel.

Communication, équilibre financier et transition énergétique

Une réflexion qui concernera aussi l'initiative des paniers de Noël, très appréciée, et qui nécessitera un peu plus de structure. Rémi Laffay a aussi souhaité saluer les bons retours quant à la communication sur les réseaux sociaux engagée en 2020. "Nous avons une visibilité qui est supérieure à nos événements physiques avec jusqu'à 15 000 vues sur certaines vidéos et il faudra poursuivre dans cette voie", a précisé le président des JA. Concernant le rapport financier, aussi bien des Jeunes agriculteurs que de la structure Agriculture jeune, l'annulation de certains événements n'a pas entamé leur santé économique. Cela leur a même permis de réaliser quelques économies. "On est arrivés à l'équilibre malgré la pandémie, on peut s'en satisfaire, même si ça reste fragile, a expliqué Maxime Philippe. Si l'on enlève la diminution de charges on se retrouve à – 15 000 euros, c'est pour cela qu'on demande à nos adhérents une participation supplémentaire."

Lors de son tour de parole, Damien Giroud-Bouton a lui fait le point sur le travail réalisé par les cantons. "A année exceptionnelle, thème exceptionnel, nous avons donc travaillé sur le sujet de la transition énergétique pour permettre une meilleur valeur ajoutée", a détaillé le secrétaire général. L'éleveur a notamment révélé un schéma afin d'explorer les possibilités d'utilisation d'énergies renouvelables sur les exploitations. De quoi délivrer quelques pistes pour engager les agriculteurs de demain sur une voie toujours plus respectueuse de l'environnement. "On voit qu'il y a beaucoup de décisions à prendre, mais il ne faut jamais oublier que la nature est reine et que si on veut en bénéficier, on doit la respecter", a ajouté Rémi Laffay.

Une charte pour l'installation

En qualité de responsable du dossier du renouvellement des génération au niveau régional, Clément Rivoire est intervenu sur la nécessité d'engager des politiques en faveur de l'installation. "Quand on se dit que d'ici dix ans, on aura un voisin sur deux qui aura repris sa retraite, ça jette un froid, a rappelé le vice-président des JA AURA. Ça nous préoccupe, d'autant qu'il en va de tout une économie, avec les magasins de proximité, les CUMAS ou encore les réparateurs de tracteurs." D'où la question notamment de trouver des façons d'intégrer durablement des personnes extérieures au monde agricole et en recherche de reconversion professionnelle.

Pour les aider, les JA ont décidé d'instaurer leur propre charte départementale à l'installation. "Elle permet de recenser les structures  partenaires qui gravitent autour du monde agricole et de les aider dans la construction de leur projet", a développé Loïc Virieux. Autrement dit, il s'agit d'un livret qui réunira toutes les informations jusqu'ici dispersées en plusieurs documents. Celle-ci sera disponible au Point accueil installation de la chambre d'agriculture. L'incitation à l'installation reste une priorité pour les Jeunes agriculteurs. En 2020, 820 installations était aidées sur la Région et 69 dans le Rhône. Pour aller plus loin, les JA continuent de réclamer que 4 % du budget du la PAC soit dédiés à cette politique contre 2 % aujourd'hui.