Association caprine
Les éleveurs du Rhône bien représentés

Emmanuelle Perrussel
-

Des éleveurs caprins se sont retrouvés à Saint-Pierre-La-Palud sur l’exploitation du Gaec du Crêt du Lac pour faire le point sur les activités de l’association. Une partie technique a suivi sur le thème des autocontrôles.

Les éleveurs du Rhône bien représentés

Dans son introduction Mickaël Hassler, le président, a souligné « le rôle de miroir de la filière du département, qui permet notamment de diriger les efforts des trois structures d’appui aux éleveurs, à savoir le GDS, la chambre d’agriculture et Rhône conseil élevage qui mutualisent depuis 2019 leurs compétences au sein de la structure Rhône terre d’éleveurs ». Elles étaient respectivement représentées par Laurent Thomas, Agnès Liard et Séverine Fontagnères.

L’association caprine assure le lien avec la DDPP et représente les éleveurs du Rhône au niveau de la filière régionale. « La crise de ce printemps a montré l’intérêt de cette structuration régionale, nous avons réussi à actionner des leviers afin d’encourager les engraisseurs de chevreaux à poursuivre la collecte des animaux sur les fermes et à soutenir le déstockage », a complété Mickaël Hassler.

Point sur le dossier viande de cabri

Pour rappel, le confinement a eu pour conséquence de donner un coup d’arrêt aux débouchés pour les chevreaux. Aussi face à cette chute de la demande en viande caprine, les ramasseurs ne voulaient plus passer sur les fermes. Les stocks de cabris ont ainsi beaucoup augmenté. Suite à la demande de la profession, l’État a aidé au stockage. La filière a ensuite fait en sorte de susciter l’intérêt des engraisseurs. L’un de ces moyens a été impulsé par le département de la Drôme, en avance sur la valorisation de la viande de cabri. Un projet de labellisation Label rouge est en effet en cours de réflexion. Parallèlement le projet ValCabri, piloté par l’Institut de l’élevage, en collaboration avec Capgènes, la Fnec, l’Inra et l’EFLEFPA Olivier de Serres d’Aubenas (07) et soutenu par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, vise la reconquête de l’engraissement du chevreau à la ferme par l’amélioration de sa valorisation de l’éleveur au consommateur. Parmi les travaux en cours, l’élaboration de nouvelles découpes est à l’étude afin d’attirer le consommateur vers des morceaux prêts à cuisiner.

« La présentation des résultats d‘une étude sur les lactations longues aura lieu en janvier », a ajouté Séverine Fontagnère, de Rhône conseil élevage.

Le concours From’in Rhône a par ailleurs été abordé. Ce concours fermier départemental s’est tenu pour la première fois en septembre 2018, pendant la foire économique des monts du Lyonnais à Saint-Martin-en-Haut. Sous l’impulsion du GDS, de la chambre d’agriculture et de Rhône conseil élevage, la première édition a rassemblé 52 participants pour 140 produits dans 16 catégories. Un jury de 100 personnes a départagé les meilleurs fromages du Rhône. « Les retours ont été très positifs et une deuxième édition était prévue au printemps dernier (17 mai) à la maison des agriculteurs à La Tour-de-Salvagny. Compte tenu du contexte sanitaire, elle n’a pas pu se tenir et est donc reportée au 28 mars 2021. La remise des prix se déroulera lors de l’événement L’agriculture en fête sur le plateau de Méginand fin août. Sa réussite sera évidemment conditionnée par la mobilisation des éleveurs pour le concours et pour l’animation du stand de promotion fin août. Rappelons que les médailles décernées lors de ce concours sont représentatives du produit qu’attendent les consommateurs car le jury compte des professionnels et des amateurs », a indiqué Laurent Thomas, ingénieur conseil au GDS.