L'info en bref
Michelin, salariés bulgares en Champagne, retraites agricoles...

Emmanuelle Perrussel
-

L'essentiel de l'information agricole nationale et régionale de ces dernières heures, à lire chaque lundi, mercredi et vendredi dès 9 h.

Michelin, salariés bulgares en Champagne, retraites agricoles...

Biosourcé : Michelin choisit la voie des sucres pour remplacer le pétrole

Le groupe Michelin a choisi l’éthanol comme future molécule permettant de remplacer le carbone fossile dans la fabrication de ses pneus, a indiqué Christophe Durand, directeur du développement des matériaux renouvelables, au congrès international du biosourcé qui s’est tenu à Reims du 22 au 24 septembre. La molécule «brique» recherchée par le groupe, le butadiène, peut être produite par différentes voies en plus de la voie pétrolière, notamment la voie oléagineuse ou la voie des sucres au sens large (saccharose de betterave ou glucose d’amidon de céréales ou de pomme de terre). C’est finalement la dernière solution qui a été retenue: celle des sucres qui seront transformés en éthanol. Un démonstrateur situé à Bordeaux-Bassens entrera en service au premier semestre 2022. Au vu des résultats collectés, le groupe choisira le lieu de sa future usine européenne. «La France est leader en production d’éthanol. Dès l’an prochain nous ferons nos analyses pour voir où construire l’usine», a évoqué Christophe Durand, sans pouvoir affirmer dans quelle région penchera la balance. Une telle usine transformerait de l’éthanol en des ingrédients carbonés pour les activités de Michelin, mais aussi à destination d’autres industriels, pour la production de liants pour bitumes, coques d’ordinateurs et de petit électroménager, ainsi que pour l’important marché du nylon.

Champagne : huit mises en examen pour exploitation frauduleuse de salariés bulgares

Huit personnes ont été mises en examen pour infractions au travail illégal et blanchiment en bande organisée après un coup de filet contre un réseau franco bulgare détachant frauduleusement depuis 2017 des centaines de vendangeurs sous-payés, principalement en Champagne, a annoncé le 24 septembre le parquet de Lille. L'opération «d'ampleur» a été conduite le 15 septembre «dans le milieu viticole des départements de l'Aisne, l'Aube et la Marne par la juridiction interrégionale spécialisée de Lille», a précisé la procureure, Carole Etienne dans un communiqué. Elle visait un «système d'exploitation et de fraude» organisé depuis 2017 via des sociétés bulgares «qui détachaient frauduleusement de la main d'oeuvre sous-payée, principalement au moment des vendanges en Champagne», a-t-elle précisé. «En relation avec des ressortissants français, elles mettaient chaque année à disposition entre 350 et 500 travailleurs bulgares auprès de prestataires viticoles ou de vignerons, pour un coût attractif». Trois des huit personnes mises en examen ont été placées en détention provisoire, les autres sous contrôle judiciaire. Les investigations ont permis de «caractériser des infractions de travail dissimulé au préjudice des travailleurs bulgares et de la MSA, du fait du non paiement en France ou en Bulgarie des cotisations sociales obligatoires», selon le communiqué. La fraude sociale «est d'ores et déjà estimée à plusieurs millions d'euros».

Prédateurs : une louve retrouvée pendue devant une mairie dans les Hautes-Alpes

Le 24 septembre au matin, le cadavre d’une louve a été retrouvé pendu devant la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes), a appris la chaîne régionale BFM Dici. «Cet acte ignoble est une première en France», s’indigne l’association Ferus dans un communiqué publié le même jour. Pour Ferus, en raison de «l’impunité accordée aux exactions et violences», «les pouvoirs publics sont autant responsables que ceux qui ont tué et pendu cette louve». L’animal a été découvert avec une balle dans le corps par la personne en charge du ménage dans le bâtiment. Aux côtés de la bête, une banderole avait été installée: «Réveillez-vous, il est déjà trop tard». Selon les informations de BFM Dici, une enquête aurait déjà été ouverte au parquet de Gap pour destruction d’espèce protégée, conduisant à des premiers prélèvements des techniciens de la gendarmerie et de l’OFB. L’association Ferus indique également son intention de porter plainte.

Retraites agricoles : 220 000 agriculteurs revalorisés à 85 % du Smic en novembre

La revalorisation des retraites des chefs d’exploitation à 85% du Smic «va concerner 220 000 agriculteurs», ont indiqué les cabinets des ministres de la Santé et des Comptes publics lors d’un brief à la presse, le 24 septembre, sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2022. Cette revalorisation «va rentrer en vigueur en novembre 2021», comme l’avait annoncé le Premier ministre Jean Castex lors d’un déplacement dans le Puy-de-Dôme le 23 avril. Pour son financement, «on va faire un transfert de fiscalité (droits d’accise) qui est actuellement affecté au régime de base des agriculteurs», ont précisé les cabinets ministériels.