Grandes cultures
Attention au piétin échaudage !

Emmanuelle Perrussel
-

Les producteurs de grandes cultures sont confrontés à la problématique du piétin échaudage, un champignon qui infecte les jeunes plantules à l’automne mais qui se voit en fin de cycle, au moment du remplissage du grain. Le point avec Yves Pousset, ingénieur à Arvalis institut du végétal.

Attention au piétin échaudage !

Qu’est-ce que le piétin échaudage ?

« Il s’agit d’un champignon pathogène que l’on retrouve en général dans les résidus de récoltes (paille, racine…) et qui, en restant dans le sol, va infecter les jeunes plantules à l’automne de la culture suivante. Son processus infectieux est le suivant : le champignon développe un mycélium sur les racines. Ce dernier pénètre dans la racine et obstrue les vaisseaux conducteurs, ce qui va perturber l’alimentation de la plante. Plus l’infection est précoce, plus les conséquences sur la récolte à venir seront importantes. »

 

Quelles ont les cultures concernées ?

« Certaines espèces de céréales sont sensibles : par ordre décroissant, on peut citer le blé dur, le blé tendre, l’orge, le triticale et le seigle. Beaucoup de graminées cultivées ou sauvages sont hôtes, telles que le chiendent le vulpin, les graminées prairiales... Le maïs et le ray-grass sont considérées comme des plantes amplificatrices. En revanche, l’avoine, le colza, le tournesol, le pois, le sorgho et la pomme de terre sont des cultures non hôtes. »

 

Quels sont les principaux facteurs de risque ?

« Les principaux facteurs sont des rotations courtes, notamment les précédents avec des céréales à paille (orge, blé, triticale, seigle). La date de semis joue un rôle : les semis précoces favorisent l’installation de la maladie. En revanche, le travail du sol, que soit le labour ou le non-labour ou encore la densité de semis ont peu voire pas d’impact. »

 

Comment savoir si sa parcelle est touchée ?

« Ce champignon est donc présent depuis l’automne mais on le voit tardivement. Visuellement, vers la mi-juin, les épis sont blancs du fait de la coupure de la circulation de la sève. On peut avoir des zones entières de parcelles blanches ou parfois, ces épis plus clairs suivent les andains de la moissonneuse-batteuse des années antérieures. Dans certains cas, c’est plus insidieux et les symptômes sont peu visibles. Les agriculteurs qui ont l’œil peuvent apercevoir les premiers signes dès le printemps au moment de la montaison. »

 

Quelles sont les conséquences sur la récolte ?

« À l’heure de la récolte, les grains seront de petite taille, on dit qu’ils sont échaudés. L’exploitant aura donc des pertes de rendements considérables, de l’ordre de 50 à 60 % et une qualité technologique moindre. Par exemple, la présence de piétin sur du blé destiné à la panification va poser problème. »

 

De quelles solutions disposent les agriculteurs ?

« Lorsqu’ils identifient la présence de piétin échaudage sur leur parcelle, c’est trop tard. À l’heure actuelle, il existe seulement des mesures prophylactiques. Allonger la rotation est une mesure agronomique simple mais efficace, d’autant plus si l’on coupe la rotation avec une culture insensible (crucifères, tournesol, soja). En cas de rotations courtes avec les  céréales, il existe un traitement de semences qui même s’il n’a pas une efficacité totale permet de lutter contre ce pathogène. L’effet retard de semis a également fait ses preuves : semer trois semaines plus tard diminuerait de moitié le risque de piétin.

Le chaulage, pratiqué avant implantation de la céréale, doit se limiter à l’utilisation de carbonates broyés ou de produits grossier car cela risque de modifier l’équilibre de la vie biologique du sol antagoniste du piétin échaudage.

Lorsque les pailles ne sont pas ramassées, il est conseillé de broyer finement et bien répartir les andains de paille du précédent, de manière à favoriser leur décomposition et limiter les sols soufflés. Il est en outre impératif de détruire les repousses du précédent dans la période d’interculture afin d’éviter que l’inoculum se maintienne ou se multiplie. »