En contact avec le terrain

Cédric Perrier
-

Les conseillers régionaux Sophie Cruz et Jérémy Thien ont rencontré à Meys, sur l’exploitation de Patrice Joassard, des agriculteurs. La transmission et la valorisation des produits régionaux ont été le centre d’intérêt.

En contact avec le terrain
La transmission a été un sujet largement abordé par les agriculteurs et les élus. En 2019, ce sont 1700 installations qui ont été enregistrées pour 2400 départs dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

« Sur le territoire de la communauté de communes des monts du lyonnais, plus de 50 % des agriculteurs seront à la retraite dans cinq ans », commente Philippe Bonnier, vice-président délégué à l’agriculture et maire de Coise.

« Notre pouvoir en tant qu’élus de communes est de bien gérer le foncier au profit de l’agriculture. À Meys, 97 % de la surface est agricole et naturelle », commente le maire Philippe Garnier. Sur cette problématique de transmission, la reprise d’exploitation a été évoquée : un message à la Région.

Pérénniser les stabulations existantes 

« Il existe des subventions en cas de nouvelles constructions. En revanche, toujours dans le cas d’une reprise d’exploitation, il n’y a pas d’aides financières », regrette un agriculteur. Le président de la communauté de communes des monts du lyonnais et maire de Saint-Martin-en-Haut, Régis Chambe abonde : « pérenniser les stabulations existantes est un enjeu majeur au risque de se retrouver avec des verrues dans le paysage. » Les aides de la Région sont en effet destinées à de l’investissement et non pas à la reprise d’exploitation.

Patrice Joassard, hôte d’un jour, aime à répéter son parcours et son souhait de voir sa ferme exister. « Mon père travaillait à la Poste et je vivais à Oullins étant enfant, je suis le précurseur du hors cadre », rigole celui qui est installé depuis trente-neuf ans, avant de poursuivre : « dans trois ans je pars à la retraite et je souhaite que mon exploitation de 34 ha et 151 000 l  de lait perdure. Je vends également tous mes veaux croisés Charolais Montbéliard au marché aux veaux de Saint-Laurent-de-Chamousset. »

Avec son fils Nicolas, commercial en matériel agricole, ils ont cette volonté commune de voir l’exploitation continuer.

21 millions de repas composés à 60 % de produits régionaux

Durant cette matinée riche en échanges, notamment sur le fait de ne pas opposer filière longue et courte, la conseillère régionale a abordé le soutien à la production locale.

« Nous avons lancé une large campagne de communication J’achète local, je soutiens mon producteur régional. Par ailleurs, afin de développer la marque La région a du goût, qui valorise les produits régionaux, nous allons rencontrer début juillet les grands distributeurs. De plus, nous servons 21 millions de repas dans les lycées. Notre objectif est de proposer des repas composés à 60 % de produits locaux. »

Un plan de soutien filière par filière 

D’ailleurs, la Région, avec la centrale d’achats, qui fournit les cantines, a assuré ses stocks en achetant des produits locaux pouvant être congelés , comme la viande et les fromages AOP.

La Région assure également avoir accéléré le paiement des aides déjà votées liées aux catastrophes climatiques récentes, et affirme son soutien aux filières particulièrement touchées par la crise sanitaire.

« Nous travaillons filière par filière, toutes n’ont pas été impactées de la même manière. Ces plans de soutien sont en cours d’élaboration », ajuste Jérémy Thien, conseiller régional et maire de Jullié dans le Beaujolais.