Terre d’accueil

Cédric Perrier
-

Les collections de cépages rouges, blancs et plus résistants de Sicarex Beaujolais ont été présentées aux viticulteurs. Une manière d’en savoir plus sur la capacité d’adaptation de nouvelles variétés sur le territoire.

Terre d’accueil
La dégustation se prolongeait avec la collection de cépages rouges, merlot, syrah, marselan, gamaret, plantation 2016.

Le jour était venu de découvrir les différentes collections de cépages rouges et blancs sur les parcelles de collection de la Sicarex Beaujolais. À Pouilly, sur la commune Porte-des-Pierres-Dorées, des variétés résistantes appelées resdur étaient également présentées.

Mercredi 19 août, nombre de viticulteurs se sont donc pressés pour goûter les différents essais. « Nous proposons dix cépages blancs, huit rouges plus les derniers clones de gamay et trois générations de variétés résistantes : resdur 1 plantées en 2011, dont artaban et vidoc en rouge, floreal et voltis en blanc, inscrits au catalogue français en 2018, mais aussi resdur 2 plantées en 2015 et les resdur 3 plantées en juin 2018 », commente Jean-Michel Desperrier, ingénieur Sicarex.

Des variétés plus résistantes sans OGM

Ces nouvelles variétés résistantes à l’oïdium et au mildiou, ont nécessité de dix à quinze ans d’étude. Sur 90 souches, seulement quatre ont été gardées ; des essais conduits par Christophe Scheinder de l’INRAE de Colmar. Auprès des stands, les intervenants précisent d’ailleurs que « ces nouvelles variétés plus résistantes le sont sans OGM. C’est une confusion fréquente, or c’est un croisement de gênes et non pas une modification. »

Le tour de la parcelle commençait par une collection de cépages blancs, plantation 2016. Pour sortir du chardonnay, dix variétés étaient présentées. « On s’aperçoit qu’on peut faire des blancs de qualité. Le muscat à petits grains est une bonne surprise. C’est un cépage qu’on retrouve plus au sud, notamment dans la région de Die. Il peut être un complément de gamme dans le Beaujolais. Le viognier qui est plus tardif, sauvignon, pinot gris, auxerrois sont autant de cépages remarqués sur la parcelle », note Thierry Decouchant, technicien Sicarex.

50 % de récolte en plus avec le filet paligrêle

La dégustation se prolongeait avec la collection de cépages rouges (merlot, syrah, marselan…) et clones gamay, là aussi plantation 2016, avant de s’arrêter sur une parcelle équipée de filets anti-grêle : une multiplication gamaret, plantation 2014. Et l’année dernière a permis un retour de ces filets paligrêle puisque un épisode a impacté directement la vigne, le 18 août exactement. Sans les filets, une perte de moitié du rendement par rapport au rang témoin a été notée. Un petit effet d’ombrage et une légère prise au vent ont par ailleurs été remarqués.

Ces filets sont installés après la taille, relevés pour les vendanges et nécessitent une main d’œuvre de 100 heures par hectare. Sur la parcelle de collection de la Sicarex, une journée de pose a été nécessaire pour couvrir 40 ares avec quatre personnes. Son coût est de 15 000 euros /ha et le filet est garanti dix ans.

Afin de s’adapter au réchauffement climatique inéluctable, la diversification des cépages peut être une solution.