Le sapin en fête

Cédric Perrier
-

La période d’achat des sapins de Noël a débuté. À Chaponost, au sein de l’entreprise ENRJ, le moment est crucial. Près de 10 000 arbres devraient être vendus. 

Le sapin en fête
La dizaine de salariés saisonniers d'ENRJ, installée à Chaponost, a coupé près de 10 000 sapins pour Noël.

Ils s’affairent à couper près de 10 000 sapins. La dizaine de salariés saisonniers ont seulement quelques jours devant eux. Ils ont débuté le 16 novembre et l’autorisation de vendre a été fixée au 20 novembre. « J’ai des commandes pour le 28 novembre, je sais déjà que ça fera la queue au magasin », commente Nicolas Junique, responsable de la pépinière ENRJ sapins à Chaponost.

Pourtant, avec le contexte actuel, ce sera moins que l’an passé quand il avait coupé 12 000 sapins. « On a perdu quelques clients, notamment le collège de Craponne qui nous prenait 350 sapins pour l’association des parents d’élèves, ce qui représente un manque à gagner d’environ 20 % sur cette clientèle. » Autre fait marquant, les décorations de Noël, telles que les branches de sapins sur les façades : habituellement la pépinière en livre 1500, ce sera à peine 300 cette année. Parmi les commandes, quelques sapins de 9 mètres de hauteur, une vingtaine de mairies, beaucoup d’associations et bien entendu de la vente sur l’exploitation. « On fait notre chiffre d’affaires sur cinq semaines. Je peux sauver ma saison même si ça ne sera pas forcément bon. »

Le sécateur hydraulique, un gain de temps

Cette année, une nouveauté vient aider les ouvriers. Grace au sécateur hydraulique, 1000 sapins peuvent être coupés par jour, à cinq personnes, contre 500 auparavant. « C’est un sacré gain de temps, sans compter que cela évite les accidents », reconnaît Nicolas Junique.

Près de 12 ha de surface, 100 000 sapins de plantés, essentiellement de Nordmann, l’épicéa n’ayant plus trop la cote, ENRJ sapins fait partie des deux seules producteurs dans le Rhône, l’autre étant aussi à Chaponost.

« Grace au système d’irrigation sur la commune nous ne souffrons pas trop de la chaleur, sachant qu’au-dessus de 35 °C le sapin a dû mal à tenir. Malgré tout, sur les 60 000 plantés cette année, on a 20 % de perte en raison de la canicule. »

Les buches sont arrivées. Les pieds des sapins taillés « au crayon ». Il n’y a plus qu’à venir chez Nicolas Junique.

L’astuce pratique

Afin de conserver son sapin le plus longtemps possible, Nicolas Junique conseille de l’humidifier régulièrement. « Un sapin boit 1 à 2 litres d’eau par semaine. Une réserve d’eau est aussi une bonne solution pour le garder le plus longtemps possible. »