Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°20

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 20e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°20

Témoignage d’éleveur : Frédéric Giraud sur les hauteurs de Meys :

• Présentation de l'exploitation :

Au printemps, j’ai environ 32 vaches de moyenne à la traite pour une production de 22,5 kg de lait. Mon objectif est d’être au maximum autonome en fourrages sur mon exploitation. Depuis 2015, je suis en mesure agroenvironnementale (MAE) et j’ai donc 2,5 ha de maïs ensilage (consommés uniquement en période de pâturage depuis l’hiver dernier) ainsi que 2,5 ha de sorgho sur la globalité de ma SAU, tout le reste est en herbe. J’étais à environ 8500-9000 l/ha, aujourd’hui je suis à 7000 l/ha en valorisant beaucoup plus d’herbe.

• Pâturage de printemps :

Je pratique le pâturage tournant. Lors de la mise à l’herbe, je ferme mon silo de maïs et ne donne que de l’enrubannage en complément de la pâture. Cette année, il était trop encombrant donc je l’ai arrêté pour être en 100% pâturage lors de la pleine pousse. Ensuite, lorsque la croissance a ralenti début avril, j’ai ouvert mon silo de maïs pour trois semaines. Les vaches avaient 15 kg MB à l’auge après la traite. Depuis la fin du mois d’avril jusqu’à aujourd’hui, je donne seulement du foin à volonté. Niveau complémentation, au printemps, je distribue de 1 à 3 kg de céréales. Depuis le début du mois, je redonne entre 0,4 et 0,8 kg de tourteau. À partir de la semaine prochaine je vais augmenter pour être entre 0,6 et 1,2 kg.

• Pâturage estival :

Pour pallier le manque de croissance lorsque les températures augmentent, depuis quatre ans je sème du sorgho. La 1ère année, j’ai essayé de le récolter en ensilage. J’ai été déçu de sa conservation dans le silo de maïs. Je l’implante donc derrière mes prairies de 4-5 ans en 2 fois à trois semaines d’intervalle pour étaler sa pousse et le valoriser en pâturage. Cette année, je l’ai semé le 28 mai et le 19 juin. En cinq jours il a levé. Je commence à le faire pâturer 5 à 6 semaines après le semis. J’utilise un fil avant et un fil arrière et les vaches reviennent toutes les trois semaines environ. Elles pâturent une demi-journée sur une prairie suisse et l’autre demi-journée dans les sorghos. Cela me permet de les faire pâturer jusqu’à la mi-août. Par la suite, je le retourne pour implanter une prairie sous couvert de 30 kg d’avoine de printemps que je fais pâturer à la fin de l’automne. Cela me permet aussi d’implanter une prairie pour ma rotation du printemps suivant. Je sème du sorgho piper à 30 kg/ha. Avant mon labour, j’épands 30T/ha de fumier. J’utilise un semoir vibrosem et ensuite je passe le rouleau. Pour mon 2nd semis la semaine dernière, j’ai testé l’utilisation d’un semoir électrique avec un rouleau packer. Derrière le labour, j’ai hersé et j’ai semé en 2 fois 15 kg/ha à la suite.

Pour toutes questions : Mickaël Coquard, 06 89 12 55 72 / mickaë[email protected]