Forêts françaises
Stoppons les critiques infondées !

Emmanuelle Perrussel
-

Fransylva affirme la légitimité de 3,5 millions de propriétaires forestiers. Les voix qui s’élèvent contre la gestion des forêts françaises trouve des relais de plus en plus
importants dans l’opinion. Certains militants écologistes dénoncent un « carnage dans nos forêts ». Voici un communiqué de presse national répondant aux attaques contre les forestiers lors de l’émission  deTV5 de dimanche 21 mars.

Stoppons les critiques infondées !

Certains militants écologistes dénoncent un « carnage dans nos forêts ». Fransylva constate que cette forte médiatisation jouant sur les émotions, pénalise le secteur forestier pourtant reconnu comme essentiel à l’heure où la société s’oriente vers une économie décarbonée et des modes de consommation plus respectueux de l’environnement. Pour contrebalancer ce dogmatisme, prenons le temps d’écouter aussi les forestiers, ceux qui s’engagent pour gérer durablement les forêts françaises.

A quoi sert un forestier ?

Il assure le renouvellement des peuplements, essentiel pour capter le carbone et maintenir les forêts françaises en bonne santé. Il préserve la biodiversité et l’équilibre générale de la forêt. Couper des arbres fait partie intégrante de cet entretien. Et si certain s’en offusquent parfois (la gestion forestière peut modifier les paysages), il est important de rappeler que sans récolte, pas de renouvellement et pour qu’un arbre vieillisse il faut bien l’avoir planté un jour !

Le forestier, est-il finalement animé seulement par l’appât du gain ?


Le forestier vend le bois qu’il récolte. Le revenu obtenu sert à entretenir la forêt : régénérer, planter, élaguer, etc. Tout cela demande un travail coûteux et… tout travail mérite salaire ! La temporalité longue de la forêt (un arbre met en moyenne 80 ans à pousser), fait peser sur le forestier une responsabilité de transmission, tel le maillon d’une longue chaine... Il doit transmettre son patrimoine aux générations à venir, car il récolte le fruit des générations précédentes et investit pour les générations suivantes.


La forêt française est-elle victime de déforestation ?


Arrêtons de croire que nous sommes menacés de « déforestation » en France métropolitaine. Encadrée par la réglementation française (code forestier, documents de gestion durable…), la gestion forestière permet de récolter du bois et de l’utiliser pour se loger, se chauffer, emballer nos denrées, et bien plus encore. En revanche la déforestation importée existe ! Quand nous ne gérons pas suffisamment nos forêts et n’organisons pas les circuits pour consommer du bois localement, nous
favorisons indirectement la déforestation en important du bois issu de forêts moins réglementées. Grâce à la bonne gestion des forêts françaises, nous créons de l’emploi en France, nous rendons des services à la planète (carbone, eau, biodiversité) et surtout nous produisons du bois, matériau noble, renouvelable et aux multiples usages (construction, emballage, énergie, etc.). N’oublions pas cette réalité qui tend à être totalement occultée par un discours idéologique qui rêverait de mettre nos
forêts françaises… sous cloche.

Nous sommes propriétaires forestiers, engagés à travers Fransylva qui réunit un réseau de bénévoles au service de la gestion durable des forêts privées. Nous venons d’horizons différents, et nos forêts ne se ressemblent pas d’un territoire à l’autre mais nous sommes réunis par une passion forestière commune, un sens des responsabilités et de l’intérêt général. 

Bruno de Brosse, président de Fransylva Rhône