SDAE
Entre anciens exploitants

Emmanuelle Perrussel
-

À l’heure de la fin de leur activité d’exploitants agricoles, les jeunes retraités peuvent rejoindre la section départementale des anciens exploitants (SDAE).

Entre anciens exploitants

La retraite est une étape dans une vie : elle s’apparente à un sentiment de liberté pour certains et/ou un repos bien mérité pour d’autres. Les agriculteurs apprécient généralement de garder un lien plus ou moins fort avec leur ancien métier et leur réseau syndical, d’où l’intérêt d’adhérer à la section départementale des anciens exploitants (SDAE).

Selon une organisation pyramidale, la Section nationale des anciens exploitants est structurée en sections régionales (12) et départementales (87). Elle est l’une des sections sociales de la FNSEA, née en 1975, dont la principale mission est la défense des retraites. Ses actions concernent aussi la vieillesse et la dépendance ;  la place des anciens exploitants dans la société. L’échelon départemental est aujourd’hui présidé par Guy Ragey, de Larajasse. Dans le Rhône, on compte plus de 800 adhérents.

Syndical et informatif

Les raisons sont multiples de prendre sa carte à la SDAE : « être dans la continuité du syndicalisme et de l’engagement pour le métier d’agriculteur, contribuer à faire avancer les revendications », « bénéficier de services qu’ils soient juridique, fiscal, lié à la retraite… ».

Les actions sont elles aussi très variées et plusieurs rendez-vous ponctuent l’année, quand la situation sanitaire le permet… Les membres du bureau se réunissent trois ou quatre fois par an, même chose pour le conseil d’administration qui rassemble tous les délégués locaux des unions territoriales. L’ensemble des adhérents sont conviés au printemps à l’assemblée générale, qui permet de faire le point sur les acticités de l’année écoulée et d’aborder des projets. Un intervenant extérieur est à chaque fois invité : un cardiologue, des sapeurs-pompiers, un spécialiste de la fiscalité, un représentant du national, etc.

Cinq ou six réunions d’informations décentralisées sont ensuite programmées à l’automne, là aussi sur des thèmes hétéroclites : la dépendance, les gestes de premiers secours, les énergies nouvelles…  « Il s’agit à ces occasions de délivrer un maximum d’informations aux participants et de favoriser l’échange », souligne Alexandra Saint-Denis, animatrice de la section.

Contacts réguliers avec les actifs

Les anciens exploitants participent également au bureau et au conseil d’administration de la FDSEA. Ils se joignent à eux lors des actions syndicales et interpellent eux aussi les députés, la MSA, etc. lorsque cela se révèle nécessaire. Les responsables de la section assistent également aux réunions régionales et nationales d’anciens exploitants, afin de faire remonter puis descendre les informations à leurs adhérents.

Avec cette période marquée par la Covid-19, les réunions et autres rendez-vous physiques ont évidemment été mis entre parenthèses. « Depuis l’automne 2020, nous avons lancé l’idée d’une lettre papier trimestrielle envoyée à chaque adhérent pour garder le lien et être informée de l’actualité de la section et de celle des retraites », poursuit Alexandra Saint-Denis.

Moments sympathiques

Puis il y a l’aspect convivial à travers les journées d’informations sur un sujet donné, les sorties et les voyages, « l’occasion de garder le lien entre agriculteurs, de se comprendre et d’échanger sur des préoccupations communes ».

Chaque année, lorsque c’est possible, un voyage de quelques jours est organisé par la commission voyages et balades. Des sorties à la journée sont par ailleurs prévues : visite de l’entreprise Michelin à Clermont Ferrand (63), du marché au cadran de Saint-Christophe-en-Brionnais (71), de la Cité du chocolat à Tain L’Hermitage (26)… D’autres journées, cette fois dans le périmètre du Rhône, créent une occasion supplémentaire de se retrouver : une balade est proposée le matin, suivie d’un casse-croûte.

L’union territoriale des monts du Lyonnais propose à ses adhérents une réunion d’informations le matin, suivie d’un repas puis de jeux. Elle rassemble généralement entre 70 et 80 participants, preuve que les anciens exploitants aiment passer du temps ensemble !

Il y en a donc pour tous. Sans oublier que la cotisation à la SDAE permet de bénéficier d’avantages tarifaires (abonnement à L’Information agricole du Rhône, assurance, mutuelle, commandes groupées…).