Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°15

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 15e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°15

Pâturage : 

Sur la moyenne départementale, nous arrivons aux alentours des 800 ]C de somme de température. En altitude, il faut encore patienter cette semaine pour les atteindre. À l’inverse, sur le Sud du département, ils ont été atteints la semaine dernière. Par rapport à 2020 c’est entre 15 et 20 jrs de retard. Les graminées des prairies longues durées ou des prairies naturelles fertiles ( fétuque etc ont atteints le stade épiaison Pour la plupart, la repousse sera uniquement feuillue (sauf pour les ray-grass et les bromes).

À partir de maintenant, il ne faut pas hésiter à allonger le temps de repos entre 2 passages jusqu’à 30-35 jours pour maximiser la croissance et avoir un peu de stock sur pied. Cette augmentation du temps de repos passe par l’introduction de nouvelles parcelles ou par l’augmentation des fourrages à l’auge. Veillez aussi à éviter le surpâturage pour ne pas dégrader les prairies et pénaliser les repousses. Une fois l’épiaison passée, la souplesse d’exploitation est importante et les valeurs nutritives évoluent peu. Sur cette période de transition avec une herbe légèrement épiée, si vous souhaitez maintenir une production plutôt soutenue, il est alors possible de remonter les quantités distribuées à l’auge.

En cas contraire, il faut accepter une baisse de production car le stade de la plante a évolué et nous ne sommes plus sur les mêmes valeurs qu’au printemps.

Conservateurs de fourrages, dans quel cas les utiliser ?

Les conditions de récolte de ces prochains jours peuvent vous amener à vous poser la question de l’utilité ou
 on des conservateurs de fourrage. Cependant ce n’est pas un produit miracle, il faut être méticuleux lors de la chaîne de récolte pour bonifier leur utilisation.

Dans quels cas sont ils justifiés ?

- Si les conditions sont humides et que l’ensilage est < 25 % MS.
- Si le stade des plantes est avancé (au-delà de début épiaison).
- Selon les espèces récoltées (fétuques, PN moins de sucres naturellement luzerne, avec un pouvoir tampon élevé).

Quels types de conservateurs choisir ?

-Chimiques base acides ou sels d’acides pour des fourrages pauvres en sucres et humides. Adaptés à tout type de fourrage. Favorisent la descente en pH et bloquent les mauvaises fermentations. Attention à la complexité pour le mélanger.
-Biologiques : constitués de bactéries lactiques, sans enzymes pour des ensilages plus riches en sucre (>10-12 %) ou avec enzymes si moins de sucre.
Homofermentaires, produisent plus d’acides lactiques pour des fourrages <30 % MS.
Hétérofermentaires sur fourrages plus secs, ils freinent les reprises de fermentation.

Laurine Desmaris
Port : 06 84 11 43 60
Mail : [email protected]