Flavescence dorée
L'arrêté préfectoral régional signé

David Duvernay
-

L'arrêté préfectoral relatif à la luttre contre la flavescence dorée de la vigne et contre son agent vecteur a été signé par le préfet régional Pascal Mailhos. Plusieurs communes du Beaujolais sont concernés par des traitements obligatoires et une surveillance des parcelles.

L'arrêté préfectoral régional signé
La carte du périmètre de lutte obligatoire de Saint-Etienne-La-Varenne/Odenas pour la campagne 2020.

Le Préfet de la région Auvergne - Rhône-Alpes, Pascal Mailhos, a signé jeudi 9 juin l’arrêté préfec­toral n°2020/06-0120-121 portant sur la lutte contre la flavescence dorée (FD) de la vigne et contre son agent vecteur. Comme d’autres régions viticoles en Aura, le Beaujolais est concerné par cette lutte, avec deux foyers majeurs : le périmètre de Saint-Étienne-La-Va­renne/Odenas et une vaste zone dans le sud du vignoble, reliant notamment Chamelet au nord à Châtillon d’Azergues au Sud. D’autres communes sont éga­lement confrontées à cette campagne 2020, en raison de ceps flavescents re­pérés en 2019 (Fleurie, Lissieu, etc.) ou en raison de leur proximité avec l’un des deux foyers importants.

Traitements obligatoires…

Comme les années précédentes, l’arrêté reprend une série de mesures et de mo­dalités, définies dans différents articles. Parmi les 27 communes classées en pé­rimètre de lutte obligatoire, 19 sont sou­mises à des traitements phytosanitaires obligatoires pour lutter contre l’agent vecteur de la FD (article 3). Pour rappel, à l’exception des pépinières viticoles et des vignes mères de porte-greffe et de greffons (3 traitements obligatoires), le nombre de traitements obligatoires, déterminé à partir du sui­vi biologique du vecteur incluant des comptages larvaires et les résultats de piégeage des cicadelles adultes au cours de la saison 2020, est compris entre 0 et 3.

Dans son communiqué d’informations réglementaires et techniques de mai 2020, la Draaf Sral avait dévoilé le calen­drier des traitements. En lutte conven­tionnelle et biologique, le premier trai­tement (T1) doit être placé entre le 10 et le 20 juin (vignes mères comprises). Le deuxième traitement (T2) devra être appliqué entre le 24 juin et le 4 juillet en lutte conventionnelle et du 20 au 30 juin en lutte biologique. Enfin, le troisième traitement obligatoire (T3), qui concerne d’ores et déjà les communes d’Odenas et Saint-Étienne-La-Varenne, dans leur intégralité, ainsi que les vignes mères, devra être conduit sur la période allant du 8 juillet au 18 juillet en lutte conven­tionnelle (du 24 juillet au 3 août pour les vignes mères) et du 30 juin au 10 juillet en lutte biologique

...et surveillance

La surveillance (article 5) reste l’un des piliers majeurs de la lutte. Avant le 15 octobre 2020, tout propriétaire ou exploi­tant de parcelles de vignes, y compris les particuliers et les collectivités locales, sont tenus de déclarer la présence sur leurs parcelles de tout symptôme sus­pectant la présence de FD, déclaration à effectuer auprès de la Draaf-Sral (Lyon) ou de la Fredon Aura (Saint Priest). À noter que les prospections seront éga­lement reconduites, probablement après les vendanges, sous plusieurs modali­tés : une surveillance fine (prospection de l’ensemble des rangs de vigne), une surveillance précoce (première pros­pection en juillet), en bord de parcelle et autonome.

Dans l’article 7, la préfecture a éga­lement rappelé qu’en application de l’article 14 de l’arrêté ministériel du 19 décembre 2013 susvisé, tous les plants destinés à être plantés en périmètre de lutte obligatoire, que ce soit lors de la plantation d’une nouvelle vigne ou lors du remplacement de ceps absents dans une parcelle déjà installée, doivent être issus de boutures produites hors de tout périmètre de lutte obligatoire ou traitées à l’eau chaude. Ce traitement doit être effectué dans une station agréée par FranceAgriMer. 

L'arrêté préfectoral à télécharger ci-dessous