Grandes cultures
De la suite dans les idées

Emmanuelle Perrussel
-

Les Robins des champs, le groupe de céréaliers qui a impulsé une filière courte et locale pour une partie de leurs productions, a parcouru un long chemin depuis sa création, il y a bientôt dix ans. Le point avec Claude Bernet, membre du groupe et agriculteur à Toussieu.

De la suite dans les idées

Les Robins des champs auront bientôt 10 ans, que de chemin parcouru…

« En effet, notre réflexion a démarré en 2010, partant du constat que certains boulangers aimeraient enfin savoir d’où provient leur matière première et que nous, céréaliers, souhaitions
retrouver de la proximité et notre identité. Après un long travail de fourmi et l’appui de la chambre d’agriculture, nous avons réussi à structurer une filière locale blé-farine-pain dès 2012, en lien avec la minoterie Dupuy Couturier et des boulangers partenaires. Nous sommes toujours 6 exploitations, 7 agriculteurs. En revanche, nous avons élargi notre offre. »

 

À quoi ressemble aujourd’hui votre offre de produits ? 

« Depuis plus de deux ans, nous développons d’autres produits sous notre marque Les Robins des champs. Nous produisons des lentilles vertes qui ont trouvé notamment des débouchés en restauration collective. En février 2020, nous avons réussi à nouer un partenariat avec le restaurant interadministratif de Lyon (Ril) qui nous achète une centaine de kilos par mois. Nous les livrons en seau de 10 kg, ce qui fait qu’il n’y a aucun déchet. De temps en temps, on propose une animation sur place et le chef s’attache à valoriser la petite légumineuse à travers des recettes originales et créatives. Puis, en octobre dernier, nous avons remporté un appel d’offres concernant l’approvisionnement de la cuisine centrale de Villeurbanne. Là aussi, c’est de l’ordre d’une centaine de kilos par mois. On travaille également avec les Vergers lyonnais, une entreprise située à Loire-sur-Rhône qui livrent en lentilles certaines collectivités partenaires. On sert aussi une clientèle de mairies. 

Plus récemment, on a commencé à livrer des collectivités en pois chiches en seau de 5 kg. Nos huiles de tournesols et de colza, de première pression à froid, plaisent aussi. Nous les conditionnons en bouteilles de 2 litres pour les collectivités et en 0,5 l pour les particuliers, via notre réseau de Ruches qui disent oui. »

 

Tous les détails ce jeudi dans nos colonnes !