Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°2

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 2e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°2

Avec les températures annoncées ces prochains jours, les 200°C de cumul nécessaires au 1er apport d’azote se rapprochent sur la plupart des secteurs. La pluie tombée, plus ou moins abondamment, va poser quelques soucis de portance des sols selon le type de terrain.
Le gel de ces derniers jours a permis d’améliorer ceci. N’hésitez pas à consulter le site DateN’Prairie d’Arvalis qui vous permet de connaître le cumul de températures sur votre commune.
Le 1er apport d’azote va permettre de stimuler la pousse et d’augmenter la vitesse de croissance de la plante. Il vient combler le déficit de minéralisation dans le sol à cette période de l’année. Un 2nd apport permettra lui d’améliorer les valeurs protéiques du fourrage. La stratégie en un ou deux apports dépend de la date du 1er passage et
de la date de récolte potentielle. Si le laps de temps entre le 1er apport et la récolte est supérieur à huit semaines, le fractionnement est conseillé. Dans ce cas-là, on veillera à apporter 2/3 de l’apport la 1re fois.


Voici quelques repères de fertilisation minérale :
• pâturage : 100-150 kg d’ammonitrate/ha valorisé pour améliorer la précocité de démarrage.
• Ensilage : sur un RG semé à 30 kg de densité, récolté à hauteur de genou avant épiaison avec un objectif à 3,5 t MS :
o En 1 apport, 250-280 kg d’ammonitrate
o En 2 apports, 200 kg au 1er passage et 100 kg au 2e.


Pour tous vos apports de fertilisants, la date est bien sûre à prendre en compte mais les conditions d’épandage restent primordiales. Avec des sols peu ressuyés, il est plus prudent d’attendre quelques jours plutôt que de se précipiter et d'abîmer le sol. Le 2e passage peut être effectué 3-4 semaines après le 1er apport mais également au moins cinq semaines avant la date de récolte de l’herbe pour éviter d’avoir trop d’azote soluble dans les ensilages ou enrubannages. Cela peut engendrer des problèmes de MS, de protéolyses et donc de conservation des stocks. Les fumures organiques les plus efficaces au printemps sont les suivantes : lisier de bovin, lisier de porc, fumier de volaille et digestat. Les fumiers de bovins et compost sont à privilégier sur un apport d’automne. Attention à ne pas sur-fertiliser, ce qui rendra la plante plus sensible à la verse et accélèrera la montée à l’épi en cas de stress.

Contact
Laurine Desmaris
Port : 06 84 11 43 60
Mail : [email protected]