Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°19

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 19e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°19

Des cultures dérobées pour le stock 

La plupart des exploitations de notre département ont terminé l’hiver avec très peu de stock fourrager. Les cultures dérobées peuvent être un moyen d'être plus autonome , pour finir de remplir les silos ou limiter la consommation des stocks existants. Ces dérobées seront implantées derrière une récolte estivale (céréale, méteil, colza…) ou une prairie détériorée.

Voici quelques exemples :

Ø Le colza fourrager :

En pur ou associé à une graminée (avoine, triticale ou RGI). C’est certainement la culture la plus connue. Elle est surtout adaptée à la pâture car la conservation fermentée du colza reste difficile. Quantité de semence : en pur 10 kg/ha, en mélange 8 kg de colza et 40 kg/ha d’avoine.

 

Ø Le sorgho fourrager ou multi-coupe :

Bon potentiel de rendement. Choisir des variétés BMR car plus digestibles semées à 20 – 25 kg/ha. Le sorgho est adapté à toutes formes de récolte. En cas de pâture, il faut une taille minimale de 60 cm. Lorsque les conditions climatiques sont favorables, le sorgho a une croissance rapide. Si l’objectif est la pâture, ne pas hésiter à semer en plusieurs fois pour que toute la surface dédiée ne soit pas au même stade en même temps.

 

Ø Le moha (millet fourrager) :

Il peut se cultiver en pur. Mais il s’associe très bien avec un trèfle d’Alexandrie. Quantité de semence : 20 – 25 kg/ha en pur ou 15 kg de moha + 8 kg de trèfle. Cette dérobée peut se récolter en ensilage, en enrubanage ou en pâture.

 

Ø Association de céréales + légumineuses :

Ce sera, par exemple, de l’avoine ou du triticale + de la vesce, du pois fourrager ou de la gesse.

En général, ces cultures nécessitent 30 à 50 U d’azote/ha ou 25 m3 de lisier. Il faut veiller à limiter les coûts avec un travail simplifié du sol (EVITER le labour). Si possible, utiliser des semences « fermières ». Le semis peut se faire à la volée ou au semoir à céréales vers 1 cm de profondeur pour les graines les plus petites et environ 3 cm pour les céréales. Toutefois, un roulage semble indispensable pour améliorer le contact graine/terre et faciliter la récolte en cas de fauche.

La pluie améliorera la levée. Mais en l’absence de précipitations, il faudra travailler le sol rapidement derrière la moisson pour profiter de l’humidité encore présente.

 

Pour toutes questions contacter Hervé Despinasse au 06 76 96 66 57 [email protected]

Laurine Desmaris
Port : 06 84 11 43 60
Mail : [email protected]