Covid-19
[Podcast] "On a réussi à recréer du lien sur cette fin d'année"

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

À Charentay, les apprenants ont repris le chemin de la maison familiale rurale (MFR) depuis le 2 juin. Le point sur l'organisation avec le directeur, Denis Sanctus.

[Podcast] "On a réussi à recréer du lien sur cette fin d'année"

Depuis le 2 juin, à la maison familiale rurale (MFR) de Charentay, les élèves sont retournés sur les bancs de l'écoles. Un retour qui est loin d'être à la normale. Ici, l'équipe pédagogique a fait le choix de ne pas rouvrir l'internat. "La capacité de nos chambres varie entre 3 et 11 lits. Il était impossible pour nous de respecter les contraintes sanitaires", note Denis Sanctus, directeur de l'établissement qui a pris ses fonctions à la rentrée dernière. Alors, pour pallier cette non-réouverture et assurer la distanciation sociale dans le réfectoire, l'alternance à la semaine s'est muée à l'aternance quotidienne. "Nous accueillons quinze élèves par jour et assurons les transports à la gare", explique le directeur. La classe se fait dans la salle d'activité de 200 m2 où les tables ont été disposées de telle sorte que les élèves se trouvent à bonne distance. "Nous avons également mis des tables de grande taille pour pouvoir accueillir les auxiliaire de vie scolaire." Ainsi, depuis le 2 juin, ce sont huit groupes de quinze élèves qui se succèdent les lundi, mardi, jeudi et vendredi. La journée du mercredi étant réservée à la désinfection des lieux. "Nous désinfectons la salle de cours chaque jour. Les élèves y participent. Par ailleurs, nous leur avons mis à disposition tout le matériel nécessaire pour se protéger". Et aprés deux mois de fermeture, l'objectif de toute l'équipe pédagogique était clair : récréer le lien perdu avec les élèves. Pari gagné. "Aujourd'hui, les élèves arrivent avec le sourire et surtout repartent avec !"

Denis sanctus revient sur la rouverture de l'établissement aux élèves