Gamay
Ô grand gamay !

Simon Alves
-

David Béroujon mettait en bouteille sa cuvée Beaujolais Villages 2020 élue meilleur gamay du monde vendredi sur son domaine de Salles-Arbuissonnas. L'occasion pour lui de célébrer ce vin qui attise déjà les convoitises…

Ô grand gamay !
David Béroujon et sa compagne Rachel présentent leur meilleur gamay du monde.

Comme si le soleil avait lui aussi répondu à l'appel. Après un début de matinée relativement pluvieux, c'est sous un ciel plus lumineux que David Béroujon a pu commencer à mettre en bouteille sa cuvée de Beaujolais Villages 2020 vendredi dernier à Salles-Arbuissonnas. Un millésime d'exception, tout simplement élu meilleur gamay du monde lors du Concours international de gamay le 16 janvier à Limas. "C'est toujours sympa d'avoir des vins médaillés. Pour moi toutes les couleurs de médailles sont belles, mais de là à décrocher la timbale, c'était inespéré", concède le viticulteur qui s'active entre la réception de ses convives, le transport de palettes et la ligne d'embouteillage déployée pour l'occasion. Car même si l'occasion est belle, il ne s'agit pas là que d'une journée de célébrations. Pendant que les amis et la famille ripaillent autour d'un casse-croûte, ce sont près de 14 000 bouteilles qui sont remplies, bouchées, étiquetées et rangées dans des cartons. La cuvée championne du monde, elle, tapissera le verre de 6000 contenants, soit 45 hectolitres. 

De Cyril Lignac à Guy Lassausie, un vin qui s'arrache

Un précieux nectar qui s'attire déjà les faveurs de tous. "Ça m'a apporté beaucoup de nouveaux clients, aussi bien chez les cavistes et les restaurants que les particuliers, s'enthousiasme David Béroujon. Ils sont impatients mais comme je leur ai expliqué, elle n'est pas encore en bouteille. Du coup ils découvrent le 2019 en Brouilly ou Villages ou le 2018 en Villages fût de chêne et ça leur met l'eau à la bouche." Et dans cette clientèle, amateurs et noms prestigieux s'entrecroisent. "J'ai eu la sommelière de Cyril Lignac il y a trois semaines et le sommelier de Guy Lassausaie aussi, énumère-t-il fièrement. J'ai aussi eu la visite de gens qui voulaient me rencontrer. Il y a deux restauratrices qui sont venues de Suisse pour faire un selfie et le mettre dans leur restaurant !" Une anecdote qui prend encore plus de relief après un coup d'œil jeté sur les murs de son caveau, bardées de photos du viticulteur aux côtés de stars comme Laurent Gerra, Nelson Monfort, Ludovic Giuly ou encore Thierry Dusautoir.

"Une année exceptionnelle"

Autant de trophées personnels, qui en côtoient d'autres, plus viticoles. Une médaille d'or au Salon de l'agriculture par-ci, une autre breloque dorée glanée au concours des grands vins du beaujolais par-là : tout modeste qu'il est, David Béroujon aime la compétition. "J'aime bien faire deux ou trois concours dans l'année, admet-il. Quand on veut promouvoir son appellation, c'est une reconnaissance. C'est toujours agréable de voir ton nom dans un palmarès." Et se mesurer à la concurrence, ça coule dans les veines chez les Béroujon, dont David représente la 4e génération sur le domaine créé en 1904 par son arrière-grand-père. "Mon grand-père a déjà obtenu une médaille en 1985 et en 1986 à Paris", se remémore-t-il. Une réussite qui doit forcément avoir son secret. Mais fidèle à lui-même et à sa modestie, David Béroujon invoque la conjoncture d'éléments favorables pour sa cuvée miracle, notée 96/100. "Nous avons eu une année 2020 atypique, avec un soleil monumental et un équilibre sucre-acide au top, détaille-t-il. C'était vraiment une année exceptionnelle et quand on fait un concours, c'est comme en sport, il faut un peu de chance. Peut-être que la cuvée goûtait très bien ce jour-là."

Rendez-vous le 12 juin

Et il faut espérer qu'elle goûtera encore comme ça le mois prochain. Le viticulteur a choisi les 12 et 13 juin pour ouvrir les portes de son domaine afin de pouvoir déguster ce fameux meilleur gamay du monde 2021. Une nouvelle heure de gloire pour David Béroujon, mais qui y voit aussi la consécration d'un effort collectif au niveau du vignoble. "On voit de plus en plus de particuliers qui s'intéressent à nos vins, constate-t-il. Le Beaujolais reprend vraiment la cote après avoir été souvent dénigrés. On a de belles années devant nous et on remonte en flèche !" En plein dans le mille ?

"On est tous très fiers de cette récompense"

"On est tous très fiers de cette récompense"

Stéphane Parizot, maire de Salles-Arbuissonnas, a tenu à venir saluer la récompense de David Béroujon lors de cette mise en bouteille.

Quel effet cela fait d'avoir su sa commune le meilleur gamay du monde ?

"Ça nous a fait plaisir bien entendu. On est tous très fiers de cette récompense qui vient consacrer des années de travail, d'implication, de montée en gamme et de passion pour son terroir et pour le Beaujolais. Je suis très fier à titre personnel d'être le maire du village qui abrite le meilleur gamay du monde et forcément on bénéficie nous aussi en tant que commune de la notoriété que confère ce titre. La récompense de David Béroujon rejaillit sur tout le village et on en est tous très heureux."

Pourquoi était-ce important de venir célébrer cette mise en bouteille ?

"C'était important pour moi d'être ici car je connais très bien David et c'était normal de venir saluer une fois de plus son travail et cette récompense. Il fallait venir lui montrer que le village est très loin d'être indifférent à sa récompense. C'est lui qui en est artisan, mais on est là pour le soutenir et pour montrer qu'on en est très fier."

Comment comptez-vous surfer sur ce succès ?

"On a communiqué sur nos réseaux sociaux et notre site internet. On réfléchit à utiliser la notoriété de David Béroujon pour booster celle du village. C'est à l'étude mais c'est vraiment un accélérateur pour la mise en avant du terroir et du travail de tous nos viticulteurs. C'est quelque chose qu'il va falloir utiliser."