Arboriculture
Au plus juste des besoins en eau de l’arbre

Emmanuelle Perrussel
-

La chambre d’agriculture conduit diverses expérimentations, notamment en lien avec la consommation d’eau des arbres fruitiers, au verger expérimental à Saint-Laurent-d’Agny ainsi que sur le verger démonstration de Saint-Laurent-d’Agny. Elle a testé ces derniers mois des dendromètres, appareils qui permettent de connaître les besoins hydriques réels de l’arbre.

Au plus juste des besoins en eau de l’arbre

La vocation du verger expérimental de Saint-Laurent-d’Agny est d’observer les potentielles nouvelles variétés de cerise. Et dans ce cadre d’expérimentation vient se greffer le pilotage de l’irrigation.

C’est sur ce dernier axe de travail que l’année 2020 aura été marquée par l’expérimentation de dendromètres. Ces appareils, qui se fixent sur les branches des arbres, mesurent grâce à des pistons la variation de diamètre du tronc. Une partie des  réserves d’eau d’un arbre étant située sous l’écorce. « Les différentes mesures sont transmises à un boîtier qui communique les données aux ordinateurs de la chambre d’agriculture. Il est donc possible de corréler ces informations sur la consommation et les besoins en eau de l’arbre avec celles recueillies grâce au réseau de sondes tensiométriques. Autrement dit de savoir si ce que l’on apporte à l’arbre en eau correspond bien à ses besoins physiologiques, que ce soit avant la récolte ou après », détaille Cédric Chevalier, conseiller arboriculture à la chambre d’agriculture du Rhône.

Gagner en précision

« Les changements climatiques, en marche depuis quelques saisons, nous obligent à nous interroger de plus en plus sur la consommation d’eau et à gagner en précision. Avec le dendromètre, on peut savoir si l’eau apportée par l’irrigation est bien utilisée par la plante ou par le climat (évaporation), ce qui vient en complément des données des sondes tensiométriques », conclut Cédric Chevalier qui pour l’instant a « accaparé » les informations délivrées par le dendromètre avant de les diffuser ensuite aux arboriculteurs.