Saint-Laurent-de-Chamousset
Armés face aux démarches administratives

Emmanuelle Perrussel
-

En octobre 2020, la MFR a lancé une formation s’adressant aux jeunes souhaitant s’installer et aux conjoint(e)s de chef d’exploitation. Elle s’intitule : assistant de dirigeant d’une entreprise artisanale (ADEA).

Armés face aux démarches administratives

Cette formation intitulée assistant de dirigeant d’une entreprise artisanale (ADEA) a été ouverte en partenariat avec la chambre des métiers et de l’artisanat et permet d’obtenir un diplôme de niveau IV.  La première promotion de dix élèves a ainsi suivi durant huit mois différents modules (483 heures) afin d’arriver armés face à la montagne administrative qui les attendra lors de leur installation.

Durant l’année les élèves ont enchaîné des cours portant sur : la gestion de l’entreprise (comptabilité, fiscalité, juridique, droit du travail…) ; la communication et les relations humaines (passage de consignes, présentation de son activité à des partenaires financiers, gestion des conflits…) ; l’administratif (maitrise de l’outil informatique, rédaction de courrier, utilisation de différents logiciels…) ; la stratégie commerciale de l’entreprise (comprendre l’entreprise, réaliser une étude de marché, proposer un projet commercial…).

Ces temps de formation ont été ponctués par des périodes en exploitations agricoles afin d’acquérir des compétences de terrain et de mettre en application les connaissances acquises en cours.

« Suite à cette belle première année, la MFR souhaite continuer sur sa lancée et ouvre donc pour le mois d’octobre une nouvelle session de formation. Si d’ores et déjà plusieurs jeunes ont signé pour faire leur rentrée en octobre 2021, les recrutements sont en cours et les inscriptions sont toujours possibles », note Émeline Reynaud, formatrice à la MFR.

Pour plus de renseignements, contacter Émeline Reynaud – [email protected]

Témoignages : Une formation concrète appréciée

Laetitia Bourrin est pour l’instant conjointe collaboratrice de son mari installé en élevage caprin avec atelier de transformation à Saint-Martin-en-Haut. Elle souhaite s’installer à ses côtés d’ici cinq ans maximum. « J’avais entendu parler de la formation ADEA via les réseaux sociaux. En la suivant, je validais ainsi mes acquis de l’expérience pour avoir l’équivalent d’un niveau bac. Par ailleurs, je souhaitais me familiariser avec les chiffres car je partais de zéro en comptabilité ! Pendant ces huit mois, j’ai beaucoup appris. Il me reste à valider le module gestion sur les quatre. J’ai apprécié cette formation car elle est ouverte au conjoint, rémunérée et courte. »

De son côté, Johan Milan, 19 ans, est en cours d’installation à Haute Rivoire. Il souhaite reprendre deux exploitations laitières et les fusionner (55 vaches, 53 ha et 400 000 l de référence). « Titulaire d’un bac pro conduite et gestion d‘une exploitation agricole (CGEA), je souhaitais compléter mon cursus car le bac pro n’est pas suffisant pour s’installer à mon sens. La formation ADEA a été très concrète puisque j’étais en apprentissage chez mon oncle. J’ai beaucoup appris au niveau gestion d’entreprise, administratif, on nous apprend à discuter avec les banques, les assurances… Les intervenants sont nombreux et variés, on se met vraiment dans la posture de chef d’entreprise. Je me sens prêt à 150 %, je la conseille vivement ! », conclut-il.