Point vignoble
Bientôt la floraison dans le Beaujolais

David Duvernay
-

Le millésime 2020 dans le Beaujolais va déjà se distinguer par sa précocité, tandis que la floraison pourrait intervenir très prochainement avec une quinzaine de jours d'avance par rapport à la moyenne de ces 27 dernières saisons.

Bientôt la floraison dans le Beaujolais
Comme ici à Saint Lager en appellation côte-de-brouilly, la vigne s'est développée très rapidement...

"De mémoire, on a rarement vu une telle avance ces dernières années", avançait un vigneron de Terre des Brouilly ce lundi après-midi. Dans le Beaujolais, effectivement, la saison 2020 est partie sur des bases très précoces, déjà au moment du débourrement fin mars - début avril. Confirmée par les observations du réseau ViseO de ce lundi 11 mai, la vigne compte toujours une quinzaine de jours voire trois semaines d'avance sur la moyenne des 27 dernières saisons, de 1997 à 2019. Le rafraîchissement de ce mardi et des jours à venir va peut-être ralentir l'enchaînement rapide des stades phénologiques. Pour autant, la période de floraison approche à grand pas, déjà. Quelques fleurs ont même été aperçues dans les secteurs les plus précoces du vignoble. Pour comparaison, la période de début floraison en Beaujolais se situe en moyenne autour du 2 juin (entre 1997 et 2019).

La pression des maladies augmente

Les conditions météorologiques de ce printemps 2020 ont jusqu'à maintenant favorisé cette poussée précoce et rapide de la vigne. Les pluies de la fin du mois d'avril ont surtout rassuré les viticulteurs, tandis que le spectre d'une nouvelle sécheresse ces prochaines semaines n'est évidemment pas à exclure avec le réchauffement climatique. Elles permettent aussi aux maladies (mildiou, oïdium et black rot) de faire progressivement leur apparition. Sur le plan sanitaire justement, la situation est globalement sous contrôle, même si la pression va encore s'intensifier, notamment pour l'oïdium, les conditions climatiques plus mitigées de ces derniers jours ayant été propices à son développement. Le mildiou, lui, requiert aussi une vigilance accrue, d’autant que les premières taches sont apparues dès ce début de semaine suite aux observations du réseau ViseO. "On s’approche là aussi des stades de forte sensibilité pour le mildiou, entre la floraison et la nouaison. Ce sont d’ailleurs deux périodes clés pour ces deux maladies", rappelle Nina Chignac, conseillère viticole à la chambre d'agriculture.

David Duvernay

Pour le moment, tout va bien dans les vignobles du sud

Pour le moment, tout va bien dans les vignobles du sud

Dans les vignobles du sud du département, l’optimisme est de mise en ce début de campagne. En effet en côte-rôtie, condrieu ou encore en coteaux-du-lyonnais, les débuts sont plus que prometteurs.

Une campagne prometteuse en côtes-du-rhône

"Pour les côtes-du-rhône septentrionales, la végétation est partie très vite. Seules des vignes en plaine ont été un peu touchées par le gel", introduit Catherine Tournemelle, conseillère spécialisée viticulture à la chambre d’agriculture. Côté sanitaire, rien n’est à signaler. Des débuts prometteurs donc qui devraient, si tout continue à bien se passer, se concrétiser fin août. "Globalement, la campagne promet d’être assez jolie", conclut Catherine Tournemelle.

Situation très saine en coteaux-du-lyonnais

Pour la « plus lyonnaise des appellations », le constat en ce début de campagne est relativement le même que pour les vignobles de l’extrême sud du département. "Tout se passe très bien pour la moment. Certaines parcelles ont subi un peu de gel impactant certainement un peu la récolte, mais tous les voyants sont au vert. Sur le secteur de Millery, la situation est très saine", note la conseillère spécialisée viticulture. Dans les secteurs les plus précoces des coteaux-du-lyonnais aussi les premières fleurs sont sorties.

Marie-Cécile Seigle-Buyat