Ouest Rhodanien
La chambre et la COR, comme un accord

Simon Alves
-

La Communauté d'agglomération de l'ouest rhodanien et la chambre d'agriculture du Rhône ont renouvelé mardi 2 février leur convention. Un montant de 70 000 euros sera attribué chaque année jusqu'en 2023 pour permettre de développer l'agriculture locale.

La chambre et la COR, comme un accord
Les présidents de la COR et de la chambre d'agriculture du Rhône Patrice Verchère et Gérard Bazin ont renouvelé leur partenariat.

Une convention avec la chambre d'agriculture du Rhône signée dans une stabulation, cela tombait sous le sens. C'est devant un parterre de ruminants que la Communauté d'agglomération de l'ouest rhodanien (COR) a en effet renouvelé son partenariat jusqu'en 2023 avec l'organisme consulaire. Le président de l'intercommunalité Patrice Verchère et sa vice-président à l'agriculture Colette Darphin avaient donné rendez-vous à la presse au GAEC de la Croix-Mulsant. Un événement en présence de deux des coexploitants, Julien Desportes et Cédric Ovise, mais aussi du président de la chambre d'agriculture Gérard Bazin, du président de la FDSEA Pascal Girin et de celui des Jeunes Agriculteurs locaux Rémi Laffay. "Nous avons voulu être présents sur une ferme pour montrer ce qu'est la vraie vie sur une exploitation, car si on n'explique pas ça on peut en avoir une vision différente de la réalité", a justifié Patrice Verchère. Un GAEC de 80 vaches laitières et 50 vaches allaitantes dont l'histoire récente représente bien les axes de développement voulus par la COR. 

70 000 euros chaque année

Cédric Ovise, 26 ans, est arrivé en 2019 en qualité d'associé, hors cadre familial, pour remplacer Yves Poulette, malade et arrivant à la retraite. Un jeune ouvrier agricole "surmotivé", comme le décrit Julien Desportes, et qui a suivi un parcours installation accéléré pour pallier ce manque de main d'oeuvre. "Nous croyons beaucoup à l'installation et on veut que celle-ci se poursuive, a ajouté Patrice Verchère. Si on n'est pas vigilant et qu'on n'accompagne pas ce parcours, on risque de se retrouver avec des territoires en friche." Au-delà du simplement territoire de la COR, le Rhône fait partie des "pluys dynamiques sur l'installation", rappelle Rémi Laffay. Mais avec beaucoup de maraîchage et peu d'élevage, le milieu agricole craint un manque de renouvellement de générations. C'est en partie pour appuyer cette politique que l'intercommunalité va débloquer chaque année 70 000 euros dans le cadre de cette convention. Un montant qui pourra être réévalué chaque année en fonction des besoins. 

Climat et circuits courts

Outre la thématique de l'installation, l'adaptation aux changements climatiques fait partie des priorités. La COR continuera de participer au financement de dispositifs paragrêle avec le Département. La collectivité prévoit aussi d'aider à hauteur de 10 % le financement de forages ou de systèmes de retenue des eaux à petite échelle. Une subvention qui s'ajoute aux 30 % déjà proposés par le Département. "On voit que les agriculteurs sont les premiers impactés par ces aléas climatiques, a rappelé Gérard Bazin. Pour ce qui est de la sécheresse, on travaille aussi sur l'évolution des semences afin d'avoir des plantes plus adaptées." L'accent sera aussi mis sur l'optimisation et la valorisation des productions des éleveurs. C'est le cas du steak haché bio et local du Beaujolais, proposé par la société Sopacel. Une démarche biologique qui se développe aussi dans les laiteries du territoire. La COR compte soutenir aussi les circuits courts. "Nous mettons en place des panneaux financés pour les exploitants qui transforment à la ferme et des présentoirs dans les épiceries pour mettre les produits locaux en valeur", a détaillé Colette Darphin. Un dernier volet sur la coordination, l'accompagnement et l'émergence de projets agricoles sera aussi à l'honneur.