Département
Soutiens face à la crise du Covid-19

Emmanuelle Perrussel
-

Les élus du conseil départemental se sont retrouvés aux Sauvages pour une séance décentralisée, le 10 juillet. Plusieurs délibérations ont concerné l’agriculture, notamment dans le contexte particulier de ces derniers mois.

Soutiens face à la crise du Covid-19

Depuis le confinement, c’est la première séance publique physique qui s’est tenue vendredi 10 juillet aux Sauvages. Après un accueil et une présentation de la commune des Monts du Beaujolais et du canton, les élus ont procédé à la lecture de plusieurs rapports. Pendant plus de trois heures, ils ont voté diverses délibérations.

Contribution au fonds « Région unie »

Parmi elles, l’aide d’urgence au maintien des services en milieu rural pour les communes de moins de 3500 habitants. Les entreprises éligibles et retenues dans le cadre de ce dispositif percevront une aide au fonctionnement d’un montant maximum de 1500 € pour une entreprise sans salarié et 3000 € pour une entreprise de 5 salariés maximum. Cette aide est adossée à une aide de la commune ou du bloc communal. Pour compléter ce dispositif, le Département a par ailleurs adopté une aide départementale d’urgence pour soutenir les acteurs économiques de proximité dans ces petites communes. Il s’agit d’une contribution de près de 1 million d’€ en investissement au fonds « Région unie » proposé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Un fonds qui est abondé par la Banque des territoires, la Région, les Départements et les EPCI. Cette contribution du Département se répartit en trois catégories d’aides : pour le tourisme, l’hôtellerie et la restauration ; les micro-entreprises et associations et pour l’agriculture et l’agroalimentaire. Cette troisième catégorie d’aide porte « sur des opérations d’acquisitions ou d’amélioration des équipements nécessaires à la production, à la transformation, au stockage ou à la commercialisation des produits par le biais de subventions régionales », comme l’a indiqué Bruno Peylachon, conseiller départemental du canton de Tarare. « Un courrier a été transmis aux présidents d’EPCI pour connaître leurs intentions sur ce fonds. Des échanges ont eu lieu avec ces structures et la Région en vue de mettre en place une organisation coordonnée à l’échelle départementale, avec des contributions financières à parité. Chaque financeur est appelé à contribuer à hauteur de 2€ minimum par habitant sur ce fonds », a-t-il ajouté.

« Un cap clair pour l’après »

Un autre rapport où l’agriculture est citée est celui sur la stratégie d’accompagnement des Rhodaniens 2020-2022. L’Assemblée départementale s’est fixé une ligne de conduite afin de répondre présent dans son champ de compétences, dans le contexte de crise du Covid-19. « En sortie de crise, il nous revient de fixer un cap clair pour favoriser la relance de l’activité, assurer un service aux publics adapté à la période et sécuriser les conditions de travail de nos agents comme des entreprises sur les chantiers départementaux, en somme « d’être un acteur agile dans ce contexte mouvant ». Cette stratégie est articulée autour de 5 priorités qui mobiliseront plus de 50 millions d’€ d’ici 2022 : renforcer le rôle de partenaire privilégié des collectivités et acteurs économiques ; accompagner de manière spécifique les plus fragiles, innover pour les politiques de solidarité et d’éducation ; développer l’attractivité du territoire en associant professionnels et acteurs du tourisme et de la culture ; investir pour anticiper les défis environnementaux et sanitaires. Sur cette dernière priorité, une ligne va au renforcement de partenariats avec les acteurs de la filière bois pour la régénération et la replantation des forêts départementales (30 ha d’ici 2025). Une autre ligne est pour amplifier le plan de ressources en eau des exploitations agricoles : + 50 % du budget du plan soit 500 K€, pour anticiper les conséquences du changement climatique et le lancement en 2020 d’un schéma départemental de l’eau. « Merci d’avoir rajouté une ligne pour l’agriculture sachant qu’elle n’est pas une compétence obligatoire pour le Département. L’eau est une ressource essentielle qui fait l’objet en ce moment d’une surveillance très rapprochée. Cette enveloppe est donc bienvenue dans le monde agricole », a souligné Colette Darphin, vice-présidente du Département an charge de l’agriculture.

En bref

En bref

-Les travaux de la substitution partielle des prélèvements collectifs d’irrigation du couloir de Meyzieu par un prélèvement au canal de Jonage ont subi un décalage important. Le Département a donc acté la prolongation d’un an de la validité de sa subvention de 402 000 €, soit jusqu’au 5 septembre 2021.

-Une enveloppe de 25 000 € a été votée pour soutenir les investissements réalisés par les éleveurs porcins du Rhône en vue de protéger leur élevage de la peste porcine africaine (PPA). Cette aide viendra aux côtés de celle de la Région. Cette aide de 1000 € par élevage est octroyée pour des dépenses d’investissements (délimitation des zones d’élevage, aménagement de quais d’embarquement, d’une quarantaine…) compris entre 5000 et 10 000 €. Elle sera mise en place seulement pour 2020.

-Plusieurs demandes de subventions (11) dans le cadre du programme de développement rural (PDR) ont été votées pour un montant de 164 000 € et 2 demandes de subventions au titre du plan départemental « ressource en eau des exploitations », pour un montant de 16 998 €.

-Un partenariat pour un reboisement de 5,3 ha éligible au Label bas carbone a été voté pour la forêt départementale de la Pyramide, à Lamure-sur-Azergues.

-Suite à la crise sanitaire, le Département a aussi alloué une aide aux filières éducatives et sociales de l’agriculture que sont les fermes pédagogiques et les centres équestres qui ont des partenariats ou des actions avec des établissements scolaires ou accueillant des personnes handicapées, âgées ou des tout-petits.