Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°12

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

La croissance a atteint cette semaine 44 kg/j/ha, un niveau jamais atteint cette année mais avec des fortes disparités suivant les secteurs.

Eleveur de fourrage : Bulletin n°12

Ce sont souvent les tiges qui ont produit le volume sur cette dernière semaine. Si des zones de refus apparaissent, il faut intervenir dès que possible. Il est donc temps de sortir la faucheuse pour éliminer ces secteurs mal consommés par les animaux et qui le seront encore moins au tour suivant. 

Croissance de l'herbe

Fauche ou broyage des refus 

Par sa coupe nette, la fauche est moins traumatisante pour le limbe. Elle nécessite moins de puissance de traction. Quel que soit l'outil, il faut intervenir rapidement après la sortie des animaux. Idéalement on interviendra le jour même et pourquoi pas avant l’entrée des animaux (topping). Dans ce dernier cas il faudra absolument intervenir sur une herbe sèche et un sol ressuyé. La hauteur de coupe doit être maîtrisée à environ 6 - 7 cm.  Le bas des plantes est une zone de réserve de matières nutritives importante pour la repousse et la pérennité de la prairie. Faucher trop bas entrainera une perte importante de réserve avec comme résultats une diminution de la vitesse de repousse et un épuisement de la plante pouvant conduire à sa disparition.
Le broyage facilite la décomposition des résidus, ceux-ci doivent donc être fins, au maximum de 1 à 2 cm.
Derrière cette fauche de nettoyage, si la présence de légumineuse est faible, un apport d’une trentaine d’unités d’azote peut être effectué pour stimuler la croissance.
Le temps couvert et frais annoncé cette semaine, peut aussi être l’occasion de faire les apports de lisiers sur les secondes coupes. Ces conditions climatiques limiteront ainsi la volatilisation de l’azote de cet effluent.

Valorisation

Semis de maïs

Sur les monts et coteaux, les semis de maïs sont en cours. Les conditions de mise en place sont bonnes. Les besoins en degrés-jours (base 6) entre le semis et la levée du maïs sont en moyenne de 80°C, +/- 30°C. Mais c’est avant tout les conditions de sol qu’il faut vérifier. Le sol doit être ressuyé sur toute l'épaisseur de la couche arable. Le travail sur sol humide va créer un lit de semence inadapté avec des mottes ou encore un tassement en profondeur qui rendent la levée difficile sauf pour les quelques parcelles où la gestion des graminées est difficile, la flore adventice des monts et coteaux est bien adaptée aux applications de post levée (pourquoi pas associées à du mécanique). Elles permettent, si l’on intervient sur des plantules jeunes, de réduire les doses et ainsi de faire baisser ses coûts de traitement et ses IFT.

Rédaction :                            

Mickael Coquard / Aline VILLOT

06 89 12 55 72 /   06 34 68 10 34

[email protected] /[email protected]

Note technique hebdomadaire – IPNS RTE

Conseils en vidéos 

Retrouvez les vidéos de Rhône terre d'éleveurs en ligne pour vous accompagner sur la gestion du pâturage : 
https://www.facebook.com/Service-Promotion-de-LElevage-Laitier-418403301919939/ 

http://www.fidocl.fr/etiquettes/rhone