Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°18

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 18e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°18

La saison de pâturage

Les conditions météorologiques sont idéales pour la croissance de l’herbe. Vous vous retrouvez avec de grosses quantités d’herbe à valoriser, il ne faut pas hésiter à cloisonner vos parcelles pour que les vaches consomment correctement l’herbe disponible sans la gaspiller. Veillez à bien conserver le temps de repos entre 2 exploitations. Actuellement, les valeurs de l’herbe permettent une production de 19 kg de lait avec seulement 2 kg de céréales apportées.

Témoignage d’éleveur : Julien André éleveur à Bruliolles

• Présentation de l’exploitation

Je trais en moyenne 35 VL sur la période printanière en système bio. Mon parcellaire me permet une très bonne valorisation de la pâture, puisque j’ai 50 ha accessibles autour de la ferme dans un rayon d’un kilomètre. Depuis la mise à l’herbe, la moyenne des pesées se situe à 20 8 kg de lait par vache.

• La mise à l’herbe s’est réalisée quand ?

Les vaches laitières ont été mises à l’herbe au 18 février cette année pour quelques heures le 1 er mois 2-3 h/jour) jusqu’au 15 mars A partir du 25 mars, je suis passé en 100 % pâturage jour et nuit en arrêtant toute complémentation à l’auge, aussi bien en fourrages qu’en concentrés

• Comment gérez vous le pâturage ?

Pour la pleine saison je mets en place 25 paddocks pour 15 ha. En amont, sur le 1er mois de pâturage en journée, les vaches dépriment les prairies temporaires. Lorsque la saison est plus avancée, à partir du mois de juin, j’ajoute les parcelles ensilées pour agrandir ma surface de pâture, jusqu’à fin juillet. Mon parcellaire me permet d’ajuster les surfaces en fonction de la croissance. Ainsi, je peux me permettre de monter à 1 ha/VL de surface disponible si nécessaire

• Comment s’est passée la saison jusqu’à présent

Les 2 premiers mois se sont bien passés jusqu’au stade épiaison à la mi-mai où je me suis fait dépasser. A ce moment là, les vaches ont légèrement baissé en production et j’ai enlevé 2 parcelles de ma surface à pâturer

• Comment appréhendez vous les prochains mois ?

Après les 2es coupes en ensilage, je ne fais pas de 3e coupe sur l’herbe. Je préfère fonctionner avec un report d’herbe sur pied, quitte à cloisonner mes parcelles de pâture pour que les vaches consomment l’herbe un peu plus avancée. La semaine dernière, j’ai semé du sorgho qui devrait bien lever car il y a eu 10 mm d’eau sur un
sol réchauffé Les vaches le pâtureront à partir de la fin du mois de juillet pour prolonger la saison de pâturage
à hauteur de 50 de l’ingestion globale fourrage

• Quels sont les apports en fumure organique

À l’automne, j’épands 15 t de fumier ou 10 t de lisier par hectare sur toute ma surface de pâturage. Ensuite, seules les parcelles en prairies temporaires ont de nouveau un apport de lisier derrière le déprimage. Je respecte bien les 3 semaines d’écart avant le retour des vaches laitières sur la parcelle. Les conditions météorologiques sont idéales pour la croissance de l’herbe. Vous vous retrouvez avec de grosses quantités d’herbe à valoriser, il ne faut pas hésiter à cloisonner vos parcelles pour que les vaches consomment correctement l’herbe disponible sans la gaspiller. Veillez à bien conserver le temps de repos entre 2 exploitations. Actuellement, les valeurs de l’herbe permettent une production de 19 kg de lait avec seulement 2 kg de céréales apportées.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à prendre contact avec : Mickaël Coquard au 06 89 12 55 72, [email protected]

Laurine Desmaris
Port : 06 84 11 43 60
Mail : [email protected]