Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°19

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

Semis de prairie, anticipez vos achats de semences. Focus cette semaine sur la fétuque des près.

Eleveur de fourrage : Bulletin n°19

Même si l’heure n’est pas au semis de prairie, il faut réfléchir dès aujourd’hui pour choisir les espèces et variétés. En effet, une implantation de prairie se fait souvent pour plusieurs années, il est intéressant de se pencher sérieusement sur la composition pour obtenir le meilleur de nos prairies. Il est important de choisir des variétés que vous connaissez et qui vous satisfont ou avec de critères qui vous intéressent. Suivant les espèces, les critères de choix seront différents. Nous reviendrons ces prochaines semaines sur les principales espèces prairiales pour de connaitre leurs qualités et les critères à surveiller. Nous verrons cette semaine la fètuque des près.

Quand on parle de fétuque, il faut bien préciser de quel type il s’agit. En effet, seul le nom est commun entre la fétuque élevée, ovine, rouge ou des prés. Ces espèces ont des caractéristiques complètement différentes, mais ont toutes de réels intérêts quand elles sont installées au bon endroit. En ce qui concerne la fétuque des prés, c’est la plante des milieux frais et humides. Elle est très bien adaptée aux excès d’eau hivernaux et aux sols hydromorphes. Assez lente d’implantation et avec une force de concurrence assez faible, il ne faudra pas hésiter à forcer la dose dans les mélanges multi espèces. Si l’on souhaite qu’elle participe au rendement, 10 à 15kg/ha seront donc nécessaire quand elle est associée à des espèces agressives tel le ray grass anglais. C’est vraiment du coté de la valeur alimentaire que la fétuque des prés présente un réel intérêt. Du coté des UF, à même stade, elle est aussi riche en énergie qu’un ray grass anglais. Coté protéine, c’est la graminée la plus riche avec le dactyle. On privilégiera donc cette espèce lorsque l ‘on recherche la performance animale.

La pérennité de cette espèce est d’environ 4-5ans si les conditions pédoclimatiques lui conviennent. Au pâturage, elle supporte bien le piétinement mais est peu souple d’exploitation sur le premier cycle. Son départ en végétation est en effet assez tardif et son épiaison précoce. La fétuque des prés remonte peu à l’épi et produit des repousses exclusivement feuillues. Elle convient donc très bien sur des mélanges récoltés au premier cycle et pâturés par la suite. Contrairement au ray grass anglais, si le sol est encore suffisamment humide, elle sera capable de pousser au-delà de 25°c et jusqu’à 28-30°c.  En récolte, c’est une plante qui préfane bien et donne des foins appétants.   

Coté variétal, une dizaine de variétés sont inscrites au catalogue. Sur nos zones, on privilégiera les variétés à bonne productivité d’été automne

Energie

Retrouvez la vidéo un jour une plante : le ray grass anglais

Rédaction :                            

Mickael Coquard / Aline VILLOT

06 89 12 55 72 /   06 34 68 10 34

[email protected] /[email protected]

Note technique hebdomadaire – IPNS RTE