Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°16

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

Avec les quelques averses orageuses, la croissance repart légèrement à la hausse. Les températures annoncées cette semaine devrait être favorable à la valorisation de ces pluies.

Eleveur de fourrage : Bulletin n°16

Malgré tout, dans la majorité des exploitations, la pâture ne suffit plus. La complémentation à l’auge devient souvent primordiale. Pour une bonne efficacité de la complémentation, veillez à ce que cette dernière ne soit pas ingérée trop rapidement. Si la complémentation représente 50 % de la ration les animaux doivent avoir accès à l’auge 50 % du temps.

Croissance de l'herbe

Semis de prairie anticipez vos achats de semences

Même si l’heure n’est pas au semis de prairie, il faut réfléchir dès aujourd’hui pour choisir les espèces et variétés. En effet, une implantation de prairie se fait souvent pour plusieurs années, il est intéressant de se pencher sérieusement sur la composition pour obtenir le meilleur de nos prairies.  A quelques euros prêts, le résultat peut être bien différent. Il est important de choisir des variétés que vous connaissez et qui vous satisfont ou avec de critères qui vous intéressent. Suivant les espèces, les critères de choix seront différents. Nous reviendrons ces prochaines semaines sur les principales espèces prairiales pour connaitre leurs qualités et les critères à surveiller. Nous commencerons cette semaine par le fétuque élevé.

Fétuque élevée

La fétuque élevée

La fétuque élevée est une graminée avec une excellente pérennité. On l’installe souvent pour quatre ans mais elle peut durer beaucoup plus. C’est le 4x4 des graminées, elle s’adapte à tous les types de sol (humide, sec, profond, hydromorphe etc) mais est particulièrement adaptée aux sols profonds. On la retrouve naturellement le long des cours d’eau, dans les cales et les talus. Son système racinaire très développé est capable de descendre profondément (au-delà de 2m), il lui permet de résister aux sècheresses. C’est une espèce assez précoce de démarrage (couramment autour du 20 mars).
Hormis ces qualités, lorsque l’on choisit une variété, il faut surveiller la souplesse de son feuillage. En effet, originellement, la fétuque élevée est une plante rugueuse, mal consommée par les animaux. La sélection variétale a permis une nette amélioration, on retrouve aujourd’hui des fétuques très souples. On privilégiera donc des variétés avec une flexibilité du feuillage supérieur à 7 (nougat, jugurta kiowa, rotino etc…). Avec un PMG autour de 2, il faudra minimum 8 kg dans un mélange prairial pour favoriser ces qualités. Si les objectifs de productivité animale sont élevés, elle ne devra en revanche pas être dominante dans le mélange. En effet, ce n’est pas la graminée avec la meilleure valeur nutritive. Pour la récolte, c’est une espèce qui sèche rapidement, très apte à faire de l’ensilage préfané ou du foin. Enfin elle ne remonte pas à l’épi après le premier cycle. On l’installera donc principalement dans les prairies destinées à être fauchées ou fauchées puis pâturées.

Fétuque élevée

Rédaction :                            

Mickael Coquard / Aline VILLOT

06 89 12 55 72 /   06 34 68 10 34

[email protected] /[email protected]

Note technique hebdomadaire – IPNS RTE

Conseils en vidéos 

Retrouvez les vidéos de Rhône terre d'éleveurs en ligne pour vous accompagner sur la gestion du pâturage : 
https://www.facebook.com/Service-Promotion-de-LElevage-Laitier-418403301919939/ 

http://www.fidocl.fr/etiquettes/rhone