Spécial Vendanges
Vendanges à la fraîche

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

Depuis quelques années, Vinescence récolte les chardonnays en nocturne pour des raisons d’organisation
des vendanges et pour rentrer des raisins à températures moins élevées.

Vendanges à la fraîche

C’est encore une pratique anecdotique dans le département. Les vendanges nocturnes ont séduit la cave Vinescence dès 2015. Basée sur 3 sites de vinification : Saint-Étiennedes- Oullières, Chiroubles et Belleville, elle compte plus de 280 exploitants pour environ 1200 ha répartis entre toutes les appellations beaujolaises (dix crus, beaujolais, beaujolais villages) et une capacité de production de 72 000 hl. Cette année, la récolte va démarrer autour du 15 août par les raisins destinés à la production de crémant et s’étendre sur un mois. La quasi-totalité des raisins de cépage chardonnay qui est ramassée à la machine, soit 48 ha, sera vendangée la nuit.

Ni attente, ni interférence

« La récolte démarrera dès 20 h, jusqu’au petit matin, et ce pendant deux à trois jours. Nous avons fait ce choix pour diverses raisons. Déjà, en termes d’organisation, nous pouvons utiliser le même matériel (les pressoirs, le conquêt peseur…) que pour les rouges, ce qui nous laisse le temps de le nettoyer avant et après utilisation pour éviter les mélanges. Il n’y a donc pas d’attente, ni d’interférence avec les rouges. Le soir et la nuit sont plus fraîches, aussi les raisins que nous rentrons ont une température plus basse qu’en plein jour. On peut ainsi réaliser des économies d’énergie pour le refroidissement des jus. On arrive à gagner près de 10°C au moment de l’encuvage. Au niveau de la vinification, les degrés moins élevés permettent d’obtenir des vins plus frais, davantage sur le fruit et cela limite les phénomènes d’oxydation, d’autant plus lorsque l’on vendange à la machine. De plus, les raisins sont pressés plus rapidement, un bon point pour la qualité à venir des vins. », détaille Jean-Paul Civeyrac, directeur de Vinescence. Concrètement, ces vendanges à la machine mobilisent quelques coopérateurs qui viennent avec leurs remorques et tracteurs. Une personne est nécessaire pour réceptionner les raisins et surveiller les pressoirs. Une autre suit la progression de la machine dans les rangs des différentes parcelles. Aux dires de Jean-Paul Civeyrac, « il reste cependant difficile de généraliser ces vendanges à la fraîche dans le Beaujolais du fait des contraintes inhérentes à la récolte manuelle. Il est en effet compliqué de vendanger de nuit à la main. Avec le changement climatique, les viticulteurs cherchent cependant à trouver d’autres leviers : ils font démarrer leurs équipes plus tôt le matin pour finir la journée avant et ainsi faire éviter au maximum les heures les plus chaudes aux hommes et aux grappes… »

Emmanuelle Perrussel

Extrait du dossier spécial vendanges à retrouver dans notre édition de ce jeudi 6 août.