Elevage
Eleveur de fourrage : Bulletin n°21

Emmanuelle Perrussel
-

Rhône terre d'éleveurs a édité son 21e bulletin : Eleveur de fourrage de l'année 2021. 

Eleveur de fourrage : Bulletin n°21

Anticiper l'achat de vos semences de prairie

Avec l’impact du réchauffement climatique, la mise en place des prairies est souvent compliquée. L’anticipation et l’opportunisme sont les deux maîtres mots pour faire les meilleurs choix. Avec l’avancée de la saison, il faut réfléchir dès aujourd’hui à l’implantation de vos prairies pour choisir des espèces et variétés adaptées à vos objectifs. La disponibilité en semences n’étant pas illimitée (notamment en bio) pensez à vous pencher rapidement sur vos besoins.

La mise en place d’une prairie temporaire est un investissement pour une ou plusieurs années dont dépendra votre stock fourrager. Il est donc important de se poser les bonnes questions en termes d’intégration dans la rotation, de choix des espèces, de date de semis, de type de préparation … Vous retrouvez sur le marché un choix important de mélanges prairiaux prêts à l’emploi mais aucun d’entre eux n’est adapté à toutes les situations. Lorsque vous décidez de mettre en place une prairie, il faut vous poser les bonnes questions : quelle est la conduite de ma future prairie ? Quelle pérennité je souhaite ? Sur quel type de sol vais-je l’implanter ? Les espèces majeures du mélange doivent impérativement répondre à vos attentes

• Qu’est-ce que je sème ?

L’avancée génétique des espèces fourragères est réelle, votre choix doit s’orienter vers la souplesse d’exploitation pour le dactyle, la souplesse de feuille pour la fétuque élevée, le choix de précocité pour les RGA, la remontaison pour les prairies pâturées, le pourcentage de pousse estivale etc. Il faudra aussi décider de conduire la prairie en espèce pure, en association graminées-légumineuses ou en mélange multi-espèces. Pour les prairies mono spécifique, le mélange de variétés peut être intéressant notamment pour la résistance aux maladies. Dans un contexte agricole difficile, l’autonomie en protéines est importante et la place des légumineuses dans nos prairies est à prioriser. Les mélanges multi-espèces ont le vent en poupe et sont intéressants s’ils sont bien réfléchis. Pour les bio, la prairie longue durée est la base de la rotation et permet d’avoir les cultures suivantes relativement propres. Il convient donc notamment pour les éleveurs en conversion de bien positionner les parcelles à implanter dans la rotation pour qu’elles viennent jouer leur rôle en précédent de culture dans les années à venir.

• La mise en place

Une prairie bien implantée produit plus rapidement et pour une plus longue période. Réussir l'implantation est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement du potentiel et des qualités de l'espèce fourragère. Soigner l'implantation est donc très rentable. La date de semis doit se positionner en fonction de la vitesse d’implantation des espèces mises en place. Généralement plus une espèce est pérenne plus elle est lente et délicate à installer. Une fétuque élevée ou une fléole mettent 25 j pour lever quand un RGI met 7 j. Pour la profondeur de semis, on visera un semis dans le premier centimètre du sol. Pour cela, on veillera à rappuyer le lit de semence avant semis pour éviter un enfouissement trop profond qui perturbera la levée de certaines espèces.

Vous retrouverez tous les détails des variétés sur le site : http://www.herbe-book.org

Pour toutes questions : Mickaël Coquard, 06 89 12 55 72 / mickaë[email protected]