Monts du Beaujolais
Un projet sur la bonne pente

Emmanuelle Perrussel
-

La Cuma de l’Azergues sera équipée cet été d’un tracteur de pente et d’un broyeur. L’aboutissement d’un projet de longue haleine qui permettra aux éleveurs de travailler dans de meilleures conditions.

Un projet sur la bonne pente

À l’Ouest du département, les monts du Beaujolais donnent une ambiance montagnarde et rurale, avec leurs vallons encaissés, leurs forêts et leurs pâtures. Cette atmosphère bucolique n’est pas toujours du goût des agriculteurs qui doivent composer au quotidien avec un relief accidenté, des zones à faible potentiel agronomique et un risque d'enfrichement.

L’entretien des ces espaces se faisaient jusqu’à présent à l’aide de matériels « classiques ». « Nous utilisons nos tracteurs et autres outils et lorsque le terrain est pentu, nous faisons des montées et des descentes. On a tendance à abimer les parcelles et les interventions nous prennent beaucoup de temps. De plus, le risque du renversement de tracteur est bien réel », signale Xaver Gonnet, éleveur laitier à Chambost Allières et président de la Cuma de l’Azergues.

Un tracteur surbaissé et un broyeur en juillet

Depuis plusieurs années, une réflexion a été engagée pour améliorer les conditions de travail des agriculteurs, à l’échelle de la Cuma de l’Azergues. « Beaucoup de travail a été nécessaire en amont pour réussir à l'émergence et à la finalisation de ce projet d’achat de tracteur de pente et de broyeur. Plusieurs démonstrations ont été organisées par la chambre d’agriculture, qui s’est aussi chargée d’animer le groupe. Ces dernières années, le projet s’est inscrit dans le cadre du projet PAEC Beaujolais vert élargi », indique Fabrice Verdejo, ancien chargé de territoire des monts du Beaujolais à la chambre d’agriculture.

C’est surtout la dernière démonstration sur le secteur qui s’est tenue à l’automne dernier qui a fini de convaincre le groupe. « Des éleveurs de Savoie ont acheté un tracteur de pente et un broyeur et ils avaient l’air très satisfait », commente Xavier Gonnet. Ainsi courant juillet, un tracteur surbaissé et un broyeur vont être livrés à la Cuma de l’Azergues qui compte 35 adhérents, en majorité des éleveurs. Cet investissement, subventionné à hauteur de 70 %, par la communauté de l’Ouest rhodanien et par des fonds Européens Leader, devrait considérablement améliorer les conditions de travail des usagers. « Avec ce tracteur d’une puissance de 100 chevaux, nous allons pouvoir entretenir nos prairies plus facilement : en plus de la qualité et de la sécurité, le débit de chantier de cet outil est intéressant : environ 1 ha par heure. Rien à voir avec les allers et retours incessants que l’on est obligé de faire lorsque l’on utilise les moyens du bord ! », s’enthousiasme l’éleveur.

Pour les modalités pratiques, le tracteur et le broyeur seront aussi mis à disposition d’autres Cuma du secteur. Un planning sera établi et des tournées organisées avec le chauffeur, moyennant un tarif horaire sensiblement équivalent à celui d’un tracteur et d’un broyeur classiques de Cuma. « Chaque Cuma gérera elle-même ses adhérents, je me charge de faire le lien avec le chauffeur », précise Xavier Gonnet qui tient à remercier au nom de tous les agriculteurs concernés les partenaires, sans qui ce projet n’aurait jamais vu le jour.