Qualité du lait
Focus sur la cryoscopie

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

En cette période estivale, des problèmes de cryoscopie peuvent accidentellement apparaître. Le point sur ce critère de paiement du lait.

Focus sur la cryoscopie

La cryoscopie est l’un des critères de paiement du lait dont l’analyse consiste à dépister l’éventuelle présence accidentelle d’eau. La grande majorité du lait (+ de 97 %) respecte les normes. Toutefois, surtout durant la période estivale, des problèmes peuvent apparaître. Mais de quoi s’agit-il exactement ? La cryoscopie est la mesure du point de congélation du lait effectué par un appareil : le cryoscope. Le lait contenant des éléments solubles tels que la matière grasse, le lactose, des sels minéraux… gèle légèrement en dessous de 0°C. Le point de congélation originel du lait de vache se situe normalement en moyenne vers -0,520°C. Lorsqu’un problème de cryoscopie se présente, plusieurs facteurs de risque sont à prendre en compte. Il faut tout d’abord se tourner vers les éléments mécaniques : machine à traite et/ou tank. En revanche, l’effet animal n’est pas à négliger.

La machine à traire

Selon les travaux de l’Institut de l’élevage, la machine à traire est le principal facteur de risque pouvant entraîner la présence d’eau résiduelle.
De multiples points doivent alors être vérifiés :
• la défaillance peut venir d’un défaut de purge en fin de traite. Une purge automatique peut être défectueuse.
• Le « pousse » à l’eau du lait en fin de traite est un risque important d’eau étrangère.
• Le défaut peut être la conséquence d’une erreur de manoeuvre de vannes et/ ou d’un oubli de la canne à lait qui peut entraîner l’eau de rinçage dans le tank.
• La contre pente du lactoduc doit être vérifié.
• Il peut également y avoir un défaut de conception de l’installation.
Lorsqu’il y a un doute sur la machine à traire, il est important de faire intervenir l’installateur.

Le tank

Le tank

Le tank intervient sur la cryoscopie à deux niveaux différents : le lavage et/ ou la réfrigération.
Les défauts de lavage peuvent être :
• des fuites des électrovannes d’arrivée d’eau pendant et après le cycle de lavage (dû à la présence de particules, de sable, de calcaire, de pression du réseau….).
• Un problème de vidange en fin de lavage.
Le gel du lait peut être lié à un problème de la sonde thermostatique, à une capacité surdimensionnée du tank... Le tank est un outil très fiable, mais il ne faut pas oublier qu’il peut être défaillant. Donc une surveillance (vérification intérieure visuelle) est recommandée.

L’effet animal

Les animaux et leurs conditions d’élevage peuvent intervenir lors d’un problème de cryoscopie. Lorsque cet élément est la cause principale, plusieurs critères s’additionnent le plus souvent :
• niveau de production faible.
• Niveau de matière utile (MG, MP) faible. Lorsque les taux passent en dessus de 38 g/l de TB et 31 g/l de TP, les risques sont accrus.
• Déficit en ingestion et sous-alimentation chronique.
• Ration déficitaire en énergie et en sels minéraux.
• Problème de confort des animaux, par exemple durant les périodes de canicule.
• Comptage cellulaire élevé.
• Forte absorption d’eau avant la traite d’où l’importance d’une eau de qualité et en quantité suffisante au pâturage. 

Hervé Despinasse, Rhône conseil élevage