LAIT
Plus "pré" de toi mon bio

Simon Alves
-

Sodiaal a dévoilé début mai son nouveau référentiel bio intitulé "Le Bio Pré De Vous". La coopérative laitière souhaite renforcer son identité et sa proximité avec le consommateur à travers un cahier des charges exigeant. Sébastien Courtois, éleveur laitier à Saint-Bonnet-des-Bruyères et administrateur Sodiaal, évoque un label de "compromis" qui couvrira l'ensemble de ses éleveurs bio d'ici 2023.

Plus "pré" de toi mon bio

"Attention derrière, elle est curieuse." Dans la parcelle de son exploitation de Saint-Bonnet-des-Bruyères où pâturent ses vaches laitières, Sébastien Courtois préfère prévenir. L'une de ses bêtes, intriguée par la présence d'un appareil photo, n'hésite pas à s'approcher pour flairer l'intrus. Un comportement peu farouche, qui caractérise bien la sérénité du cheptel de l'éleveur laitier. "Ça c'est le signe d'un animal bien traité, se félicite l'éleveur bio. Lors d'un audit si une vache s'enfuit l'expert l'approche, en général, ce n'est pas bon signe !" Cette notion du bien-être animal, c'est aussi ce qui anime les éleveurs bio de chez Sodiaal dans leur démarche du "Bio Pré de Vous".

La coopérative a en effet annoncé début mai lancer ce nouveau référentiel, qui a pour objectif d'ici 2023 d'offrir une identité forte au lait bio de ses éleveurs pour en promouvoir la proximité auprès des consommateurs. "On s'est posés la question de définir ce que c'était que la bio chez Sodiaal parce qu'on a constaté qu'on était souvent incapables d'y répondre", raconte Sébastien Courtois, administrateur au sein de la coopérative.  Initiée en 2018, la réflexion autour de ce nouveau référentiel a amené la profession à identifier les pratiques de ses élevages bio. Le premier objectif : mettre en avant ce qui se fait déjà dans les exploitations.

180 jours de pâturage minimum

Ce travail s'est articulé autour de différentes entrées, la première étant la question du pâturage. "La prairie, c'est ce qui nous réunit tous en tant qu'éleveurs, explique celui qui est aussi membre de la commission bio Sodiaal. Cela renvoie plutôt une très bonne image de notre métier." Dès lors, la question d'une durée minimum de pâturage annuelle à respecter s'est imposée d'elle-même. D'autant que celle-ci ne figure pas dans le cahier des charges bio européen. "Il est simplement notifié qu'il faut pouvoir mettre les animaux au pâturage lorsque les conditions climatiques le permettent, et ça, chacun l'interprète un peu à sa façon", relève Sébastien Courtois.

Le minimum interprofessionnel au niveau français étant de 120 jours pour 12 ares accessibles et celui des Laitiers Responsables étant de 150 jours, Sodiaal est parti de cette base pour ensuite monter en gamme afin d'obtenir un total de 180 jours. "C'est le meilleur compromis, poursuit l'éleveur. Nous avons déjà 96 % des exploitations bio Sodiaal qui respectent cet engagement. On ne pouvait pas aller au-delà. Certains concurrents sont à 200 jours de pâturage, mais ils sont en Normandie. Chez nous, les deux tiers de notre lait bio se fait en montagne avec des hivers plus longs et des étés caniculaires. C'est donc la durée qui a fait consensus." Avec 80 % de surface agricole utile chez ses 800 éleveurs, Sodiaal n'a que peu de doutes sur le respect de ce minimum de la part de la totalité des exploitants d'ici 2023.

Un engagement environnemental

La prairie, c'est ce qui "réunit" les éleveurs Sodiaal, comme l'a souligné Sébastien Courtois, mais pas que. "C'est aussi de la biodiversité en aérien comme en sous-sol, précise l'éleveur laitier. Nous avons des puits de carbone et ça apporte aussi de la protéine produite sur l'exploitation même. Plus on a de systèmes pâturant, moins on a besoin d'aller en acheter à l'extérieur." Sur cette question, Sodiaal s'engage d'ailleurs dès septembre 2021 à n'acheter que de la protéine d'origine européenne, avant de passer exclusivement à de la protéine française en septembre 2023. Un travail avec les exploitants céréaliers, dont l'utilisation de soja ou de luzerne dans la rotation de cultures intéresse la coopérative, est d'ailleurs à l'étude.

Sur le volet environnemental, Sodiaal compte aussi encourager les investissements pour maîtriser l'empreinte carbone des exploitations. "On sait que les deux tiers ont fait des investissements sur cette question, développe Sébastien Courtois. Cela peut passer par l'installation de récupérateurs les tanks à lait ou de l'éclairage LED. Personnellement j'ai même investi dans une trottinette électrique tout-terrain pour aller voir mes vaches." La coopérative demande aussi à ce que 100 % de ses éleveurs bio aient réalisé un SelfCO2. Autrement dit un bilan carbone une fois par an pour calculer un premier niveau d'empreinte carbone de l'exploitation. Une démarche qui s'inscrit notamment dans la Route du lait connectée de Sodiaal, sa démarche qualité. A plus grande échelle, la coopérative a aussi souhaité financer 1000 CAP'2ER, dont 300 en bio.

Un label à retrouver dès 2022

Si aujourd'hui la coopérative compte 800 éleveurs laitiers en bio, c'est aussi grâce à une aide à la conversion que le label "Bio Pré De Vous" met en avant. Un soutien évalué à 57 €/1000 L en 2020, basé sur l'accompagnement de 30 € minimum assuré par Sodiaal à ses éleveurs, auxquels s'ajoutent 27 euros récupérés grâce à la démarche du beurre bio "C'est qui le patron ?". Pour autant, pas question de penser à attirer de nouveaux exploitants en 2021. "On ne veut pas dégrader la valorisation, justifie Sébastien Courtois. Si on a trop de de lait produit en bio sans les débouchés en face, le prix s'en retrouverait dégradé avec une partie trop importante qui de nos élevages qui seraient déclassés en conventionnel."

Après avoir communiqué sur la création de ce référentiel en 2020 et l'avoir annoncé à la presse spécialisée, Sodiaal compte communiquer dans les prochains mois auprès du grand public. Car si l'objectif de 100 % d'éleveurs respectant le cahier des charges sera atteint en 2023, c'est dès 2022 que le logo apparaîtra sur les produits Candia, Entremonts et Lactalia. Autant de références qui pourront être issues du lait des 51 exploitations bio Sodiaal présentes dans le Rhône. A terme, chaque consommateur pourra trouver un producteur lait bio engagé dans cette démarche  à moins de 180 km de chez lui.