L'info en bref
Lait, bovins viande, fruits à coque, grains...

Simon Alves
-

L'essentiel de l'information agricole nationale et régionale de ces dernières heures, à lire chaque lundi, mercredi et vendredi dès 9 h.

Lait, bovins viande, fruits à coque, grains...

Lait: contrainte de déclasser du lait bio, Sodiaal revoit son prix

Le conseil d’administration de Sodiaal «a décidé à compter du 1er août 2021 de réorienter pour une période de douze mois 10% des volumes de l’équation bio de la coopérative vers la filière non OGM», annonce la coopérative à ses adhérents dans un courrier daté du 23 juillet, révélé par les Jeunes Agriculteurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes. En conséquence, 90% des livraisons des producteurs de lait bio livrant Sodiaal seront payés au prix fixé en début d’année, soit pour août et septembre 470 € et 500 € les 1000 litres (toutes primes et qualités confondues), et 10% sera payé au prix en vigueur dans la filière non OGM, soit 357 € et 387 € les 1000 litres pour les mêmes périodes. La coopérative justifie sa décision par un «équilibre économique plus difficile pour notre filière bio» du fait d’une «forte dégradation du taux de déclassement». En cause: une «ressource laitière [qui] a largement dépassé le cadre prévu», et en face des «marchés des produits de grande consommation bio [qui] observent une panne de croissance depuis l’automne dernier». «La situation n’est pas appelée à durer, car cela va s’améliorer», rassure Sébastien Courtois, administrateur de la coopérative interrogé par Agra Presse.

Bovins viande: les éleveurs inquiets après les arbitrages de M. Denormandie

Dans un communiqué du 30 juillet, le Modef «tire la sonnette d’alarme sur la situation économique» des producteurs de bovins viande. Le syndicat réclame notamment «une aide d'urgence» de 100 millions d'euros (M€), après une première enveloppe de 60 M€ récemment validée par Bruxelles, pour soutenir les producteurs les plus en difficulté dans le cadre de la crise sanitaire. Pour le Modef, les éleveurs allaitants subissent une «triple peine»: «baisse des prix des jeunes bovins», «accroissement des coûts de production» et «baisse des aides pour la prochaine Pac». D'après le syndicat des exploitants familiaux, les derniers arbitrages annoncés par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie le 13 juillet provoqueraient «une baisse de 3,5%» des aides couplées pour les éleveurs naisseurs. De son côté, la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) estime la baisse des aides couplées pour tous les systèmes «entre -10% et -18% entre 2023 et 2027», selon un communiqué du 15 juillet. La déclinaison française de la future Pac (PSN) prévoit une fusion des enveloppes pour les bovins laitiers et allaitants, ainsi qu'une redistribution au profit des protéines végétales. S'y ajoute «un transfert supplémentaire visant à "compenser les effets de la convergence" pour les producteurs laitiers de l’Ouest», qui porterait la «baisse des soutiens au revenu du premier pilier» «au-delà de -20% selon les systèmes et les territoires», déplore l'association spécialisée.

Fruits à coque: la Compagnie des amandes se structure en OP

La Compagnie des amandes, fondée par l'ancien ministre Arnaud Montebourg et François Moulias, signera en septembre les statuts qui lui permettront de devenir une organisation de producteurs (OP), indique la société dans sa newsletter estivale diffusée le 30 juillet. Baptisée Amandiers de France, l’OP pourra ainsi créer un programme opérationnel (PO) pour structurer davantage la filière avec le soutien de fonds européens. Le PO permettra notamment de couvrir les coûts de conseil technique et certains investissements (pulvérisateurs, matériels de désherbage mécanique). Les producteurs membres de l’OP auront accès à un tarif préférentiel (1,3 €/kg d’amandon) pour les prestations qui seront réalisées par la future casserie (collecte, calibrage, casse, stockage et conditionnement), filiale de la Compagnie des amandes. Située à Signes dans le Var, la casserie de 7400 m2 (capacité de stockage de 3000 t d’amandons) sera fonctionnelle dès août 2023; elle a nécessité 12 millions d’euros (M€) d’investissements. Elle sera financée en partie grâce à l’augmentation de capital de 4 M€ annoncée sur Facebook début juillet, dont 1,5 M€ sont ouverts au public via le financement participatif.

Grains: légère baisse de la production, toujours attendue à un niveau record (CIC)

Le 29 juillet, le Conseil international des céréales (CIC) a révisé à la baisse de 6 millions de tonnes (Mt) ses prévisions pour la production mondiale 2021/22. Toutes céréales confondues, le CIC prévoit une production de 2295 Mt, contre 2301 Mt attendues fin juin. L'ajustement à la baisse est principalement dû aux «récoltes sapées par la sécheresse en Amérique du Nord, notamment dans le cas du blé, de l’orge et de l’avoine», précise le CIC dans son rapport mensuel. Malgré cette révision, la production céréalière mondiale semble bien partie pour battre, comme attendu, un «record absolu». Record prévu aussi du côté de la consommation, à 2295 Mt, malgré une prévision abaissée de 4 Mt en un mois. Le CIC confirme également la tension sur les stocks, qui reculent de 3 Mt par rapport à son précédent rapport (à 594 Mt). Quant aux échanges mondiaux, ils devraient connaître en 2021/22 une baisse de 7 Mt par rapport à la campagne précédente, à 419 Mt (+1 Mt par rapport aux prévisions de juin). Comme le note le CIC, «de plus grosses expéditions à certains pays (notamment au Proche-Orient) pourraient ne pas compenser entièrement des volumes moindres importés par la Chine (volumes qui restent néanmoins à des niveaux historiquement élevés)».

Conserves: Vincent Miginiac élu nouveau président de l’Uppia

Vincent Miginiac, directeur nouveaux marchés du groupe Cofigeo (William Saurin, Zapetti, Garbit, etc.), est le nouveau président de l’Union interprofessionnelle pour la promotion des industries de la conserve appertisée (Uppia). Elu le 29 juin, il prend la suite de Jean-Bernard Bonduelle qui a tenu cette fonction pendant six ans. «Jean-Bernard Bonduelle a su diversifier et faire grandir l’influence de la conserve et sa visibilité. Il nous revient aujourd’hui d’utiliser cette visibilité pour expliquer la place de l’appertisation au sein de l’alimentation de demain», a déclaré M. Miginiac dans un communiqué publié le 2 juillet. Arrivé chez Cofigeo en 2015, Vincent Miginiac est passé auparavant par les groupes Saint-Michel, Cadburry et Kraft Foods.

Une nouvelle conseillère relance au cabinet de Julien Denormandie

Changement estival au sein du cabinet de Julien Denormandie: Marion Friscia est nommée «conseillère relance et suivi de l'exécution des réformes au cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, à compter du 2 août 2021», annonce le Journal officiel du 1er août. Elle remplace Isabelle Camilier-Cortial, qui était en poste depuis un an. Après être passée par l’Institut régional d’administration de Lille, Marion Friscia occupait jusqu’ici la fonction de première conseillère de chambre régionale des comptes. Elle était chargée de l’audit des fonds européens à l’inspection générale de l’administration.