Lait
La consommation de similis végétaux se tasse, sauf en ultra-frais

Emmanuelle Perrussel
-

Au rayon des produits laitiers, le végétal semble avoir de moins en moins le vent en poupe. C’est ce que révèle FranceAgriMer dans son bilan de la consommation de produits laitiers en 2019 publié le 30 juillet.

La consommation de similis végétaux se tasse, sauf en ultra-frais

En lait de consommation, la croissance des achats de jus végétaux s’est arrêtée, au profit notamment du lait de brebis. Les volumes achetés ont en effet reculé de 3,7 %. Les ménages ont acheté moins et moins souvent de jus végétaux. Malgré tout, le taux de pénétration au sein des ménages français est resté stable.
Au rayon crémerie, « les acheteurs de crème d’origine végétale ont non seulement été moins nombreux en 2019, mais sont également allés moins souvent s’approvisionner et pour de moindres volumes », indique le bilan basé sur les données du panel consommateur de Kantar Worldpanel. La margarine a également été boudée par les consommateurs. Les volumes achetés ont reculé alors que dans le même temps ceux de beurre progressaient.
Seuls les produits d’origine végétale du rayon ultra-frais font de la résistance. « En 2019, l’ultra-frais végétal a progressé de 6,4 % en volume, grâce à une fréquence d’achat en hausse. En parallèle, le prix moyen a aussi augmenté », analyse FranceAgriMer. Une croissance à mettre au regard de son importance marginale dans ce
rayon : « Le secteur de l’ultra-frais végétal n’a représenté que 2,2 % du total ultra-frais en 2019 ».
Les produits ultra-frais à base de lait de brebis et de chèvre, même s’ils représentent aussi un volume marginal, connaissent également un franc succès auprès des consommateurs français. « L’ultra-frais à base de lait de brebis a connu une hausse de 5,4 % de ses volumes en 2019 tandis que l’ultra-frais de chèvre a augmenté de 10,1 % », illustre FranceAgriMer.

 

Source Agrapesse