Tourisme
Gîtes de France : un début de saison meilleur qu'espéré

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

La crise sanitaire de la Covid-19 a ébranlé l'économie française, dont le tourisme. Pour autant, l'envie de grands espaces, de nature à deux pas de chez soi marque ce début de saison estivale.

Gîtes de France : un début de saison meilleur qu'espéré
Le début de saison pour les gîtes du département est marqué par laréservation de touristes de proximitéfriands de grands espaces. Crédit : Pascale REY – Gîtes de France Rhône Lyon Métropole

Après des mois de confinement forcés, les Français et les Françaises ont envie de grands espaces, de prendre l'air. Les premiers chiffres avancés par Gîtes de France Rhône Métropole de Lyon, qui recensait au 1er mars près de 400 hébergeurs, sont plutôt encourageants. En effet, le label l'affirme, dans le Rhône, le début de saison est globalement « plutôt positif. Après la période de confinement, où nous avons assisté à des annulations en cascade, l'après-confinement a été marqué par un retour des demandes de réservations d'abord de Lyonnais en manque de nature qui tout en voulant s'évader devaient se déplacer dans un rayon de 100 km à vol d'oiseau maximum. Par la suite, des personnes de l'ensemble des régions hexagonales ont également commencé à réserver. » Philippe Au-franc, viticulteur à Fleurie et président de l'Association départementale des Gites de France Rhône Lyon Métropole confirme : « c'est mieux que ce que l'on pouvait espérer. En effet, si la période de mai-juin habituellement animée a été plutôt calme en ce qui nous concerne, les réservations ont repris après le déconfi-nement. Les touristes français sont au rendez-vous et restent en France. En effet, nombreux sont ceux qui ont fait le choix de ne pas partir en vacances à l'étranger ou qui font face à des frontières encore fermées. Beaucoup de Lyonnais viennent découvrir le Beaujolais, une belle opportunité pour nous de recréer du lien avec eux. Notre réseau qui existe depuis plus de soixante ans maintenant est gage d'un accueil chaleureux et de qualité ». Dans ce tourisme de proximité, le viticulteur beaujolais voit également l'occasion de parler de son métier et de sa région qu'il affectionne. « Beaucoup de ces touristes régionaux découvrent notre région qui sont à deux pas de chez eux et sont susceptibles de revenir. C'est à nous de leur donner l'envie de revenir. Certains l'ont déjà fait », sourit-il.

Des réservations en hausse

Un début de saison plutôt positif donc chiffres à l'appui. En effet, pour les établissements rhodaniens dont la gestion passe exclusivement par la centrale de réservations du leader européen de l'accueil chez et par l'habitant le taux d'occupation, au 24 juillet, s'élevait en juillet à 66 %, (+ 13 % par rapport à 2019), pour le mois d'août, ce taux est de 55 % (+ 17 % par rapport à 2019). Pour autant, Pascale Rey, responsable développement à Gîtes de France Rhône Métropole de Lyon, est formelle, les réservations devraient continuer à rentrer. Nombreux sont les touristes à réserver à la dernière minute. « Ils sont également en recherche de flexibilité par rapport aux jours d'arrivée et à la durée des séjours. » Côté profil de clientèle, sans surprise, les Français (plus de 80 % pour les réservations sur la centrale contre environ 15 % pour la clientèle étrangère) sont les plus nombreux à prendre la clé des gîtes. « Sur les clients français, 27 % viennent du Rhône. Beaucoup de Lyonnais ont en effet choisi des vacances proches de chez eux », précise-t-on à Gîtes de France Rhône Métropole de Lyon.

Lire tout le dossier dans notre édition de ce jeudi 30 juillet.