Marché
Fruits et légumes : Difficile début de campagne

Marie-Cécile Seigle-Buyat
-

Le marché des fruits et légumes est quelque peu chahuté en cette période estivale tant dans la production nationale qu’au plan de la balance commerciale. Explications.

Fruits et légumes : Difficile début de campagne

Malgré un climat estival instable en juillet, les campagnes d’été de fruits et légumes ont toutes de l’avance. En conséquence, beaucoup de produits estivaux manquent encore de demande. C’est le cas du melon « boudé par les consommateurs en raison des températures peu élevées pour la saison » constate FranceAgriMer. Le concombre et la laitue d’été connaissent également une baisse de demande à la suite des mauvaises conditions climatiques. Ces deux productions subissent en plus une forte concurrence européenne, mais aussi dans l’hexagone, entre les différents bassins de production. En tomate, la demande manque durant une grande partie du mois de juillet et l’offre s’accumule.

Retard pour l’origine « France »

En fruits, les volumes de production limités permettent au marché de l’abricot de conserver une certaine fluidité. À l’inverse, la faible demande pour la pêche-nectarine alourdit le marché et des stocks se forment. Concernant la distribution, l’activité redevient normale pour la saison au début du mois de juillet. Les achats sont plus importants en fin de semaine et les hypermarchés récupèrent leur clientèle. Point négatif : certaines productions nationales ne sont pas encore complètement bien installées dans les rayons ; le réassort d’origine France « ayant pris du retard en grande distribution ». Par ailleurs, «malgré la réouverture des restaurants, les vacances estivales et l’incertitude de nombreux opérateurs concernant le tourisme entrainent une faible évolution de la demande sur le circuit de la restauration hors domicile », précise FranceAgriMer.

Hausse des importations de fruits en mai

D’après les derniers chiffres de la douane française, en mai 2020, les importations de fruits frais ont atteint 464 000 tonnes (tous produits confondus), soit une hausse de 15 % par rapport à mai 2019. Ce sont principalement les agrumes, ainsi que les premiers fruits d’été (pêches, abricots, cerises) qui ont tiré les volumes. Une tendance que l’on retrouve dans les origines : +31 % pour le Maroc, +27 % pour l’Espagne. Les exportations françaises sont également en hausse, mais dans une moindre mesure (+ 5 % à 107 000 tonnes). Cette hausse est en grande partie due aux bonnes performances de la filière pomme (+ 25 % à 25 000 tonnes). Pour les légumes frais (hors pomme de terre), les importations sont en hausse de 5 % à 110 000 tonnes. Les importations de tomates sont notamment reparties à la hausse (+ 11 % à 39 000 tonnes). Les exportations françaises de légumes frais sont en recul de 4 % à 40 000 tonnes. Les prix ont été globalement supérieurs à la moyenne pour les importations comme pour les exportations.

Source Actuagri