EXCLU WEB
Un tour de plaine avec la section bio du GEDA de l'Ozon

Simon Alves
-

La section bio du GEDA de l'Ozon organise régulièrement des tours de plaine pour ses adhérents. Un moment d'échanges et de partage de connaissances entre professionnels.

Un tour de plaine avec la section bio du GEDA de l'Ozon

Une fois n'est pas coutume, il fallait sortir des frontières du Rhône pour assister au dernier tour de plaine de la section bio du GEDA de l'Ozon. L'association avait donné rendez-vous vendredi 18 juin à ses adhérents à Villette-de-Vienne, sur les terres de l'exploitation d'Hervé Colin. L'agriculteur qui compte 150 hectares de céréales s'est reconverti en bio en mai 2020. "On n'était jamais allé chez Hervé et c'était l'occasion de voir ses cultures de printemps, a expliqué Eric Farré, conseiller spécialisé grandes cultures à la chambre d'agriculture du Rhône. L'intérêt de ces tours de plaine c'est d'aller voir ce qui se fait chez les uns et chez les autres à différents moments de la saison. Comme ça on voit les cultures plusieurs fois. Et puis ils peuvent expliquer comment ils travaillent."

Pour l'occasion, Hervé Colin avait fait le choix de faire visiter diverses cultures. Une parcelle de blé, tout d'abord, où l'exploitant a pu désherber mécaniquement à l'automne avec une variété Absalon présentant une bonne résistance aux maladies. Le céréalier les a ensuite conduits vers une parcelle de tournesols. "Dans le groupe, je suis l'un des seuls à en faire parce qu'il y a de gros problèmes avec les ravageurs, a-t-il précisé. C'était intéressant pour les autres de voir comment je m'en sors. De leur côté les autres agriculteurs m'amènent des aspects techniques, sur les stades d'intervention du désherbage mécanique et les outils les mieux adaptés." Les agriculteurs n'hésitent pas non plus à s'entretenir sur la commercialisation.

"Un groupe dynamique"

Les neuf exploitants qui ont suivi ce tour de plaine n'avaient d'ailleurs pas d'yeux que pour les cultures. Les machines utilisées par Hervé Colin ont aussi été l'objet d'échanges. "J'ai fait l'achat d'une bineuse à guidage caméra et on a échangé sur les premières impressions de ce type de matériel, développe l'agriculteur. Certains ont un système plus traditionnel. Moi j'ai fait le choix de ce guidage pour gagner en confort et en débit."

Au total, ce sont dix-sept agriculteurs bio qui participent toutes les six à huit semaines, le vendredi matin à chaque fois, à ces tours de plaine. Une dynamique qui s'observe particulièrement dans ce groupe où travail et convivialité vont souvent de pair. "On a un groupe assez dynamique, on fait tous des essais avec différentes cultures, d'autres couverts ou mélanges, ajoute Hervé Colin. Il n'y a pas entre nous d'esprit de compétition, c'est vraiment constructif et dans l'intérêt de chacun." Ce contexte facilite aussi les échanges, comme l'explique Eric Farré : "Il y a un gros degré de confiance entre participants et les choses sont bien racontées. Ils ont tendance à moins se retenir par rapport à une journée de formation où ils ne connaissent pas tout le monde". Le conseiller technique n'est d'ailleurs pas étranger à la réussite de groupe : "Eric est très bon pour nous aider, complimente Hervé. Il est compétent. Il nous donne des outils et des données qu'il retranscrit concrètement." Si le lieu n'a pas encore été choisi, le prochain tour de plaine se tiendra le 9 septembre.